/regional/quebec/chaudiereappalaches

Le grand saut à 94 ans

Une femme de 94 ans a eu l’audace de réaliser son premier saut en parachute hier matin à Lévis alors qu’elle a accompagné son petit-fils dans la chute de plus de 4 000 m dans les airs.  

« Vraiment je le conseille à d’autres, ça vaut la peine de sauter ! J’ai bien aimé ça, j’ai très apprécié ! », s’enthousiasme Bertha Blouin qui a sauté en tandem avec son petit-fils, Jean-Philippe Bernier, 33 ans.  

« Je vais être franche avec vous : je n’ai même pas eu peur, pas du tout, affirme la dame originaire de Saint-Henri, dans Bellechasse. C’était plus l’émotion de voir toute la famille, les enfants, les neveux, les nièces, des amis aussi. »  

Plusieurs proches l’attendaient à l’atterrissage hier matin. « Ils étaient tous fiers de moi, ils étaient tous contents, ils m’ont tous félicitée », se réjouit la matriarche.  

La dame avant son envolée.

Photo courtoisie de Parachutisme Atmosphair

La dame avant son envolée.

À l’âge vénérable de 94 ans, elle s’est élancée dans le vide depuis un Cessna 208 Caravan.  

« Elle était super zen, super relaxe, c’est moi qui étais plus nerveux qu’elle ! », rigole M. Bernier, instructeur chez Parachutisme Atmosphair. Ce dernier compte 2500 sauts et plus de 1200 en tandem.  

« Elle a fait environ 50-60 secondes de chute libre, pour ensuite naviguer sous le parachute pendant 4-6 minutes pour retourner au sol », décrit Max Sénécal président de Parachutisme Atmosphair, situé à Lévis. 

« Le plus beau moment »   

Pourtant, sauter en parachute, « ce n’était pas dans son bucket list », dit M. Bernier, qui est très proche de sa grand-maman. 

Il lui avait proposé de faire le saut à 90 ans, sans succès. Il y a quelques semaines, alors qu’il la visitait, des amies de Mme Blouin ont suggéré l’idée. Cette fois-ci, elle était partante. 

« Elle n’a pas changé d’idée et je suis bien content », dit M. Bernier. « C’était le plus beau moment depuis longtemps que j’ai vécu », raconte-t-il avec émotion.  

M<sup>me</sup> Blouin et Jean-Philippe tout sourire à l’atterrissage.

Photo courtoisie de Parachutisme Atmosphair

Mme Blouin et Jean-Philippe tout sourire à l’atterrissage.

« J’avais tellement confiance en mon petit-fils, ça m’a aidé beaucoup. Vraiment j’ai un petit fils merveilleux », ajoute Mme Blouin.  

« C’était génial, parce que quand le parachute ouvre, ça devient silencieux, on s’entend très bien communiquer. La vue qu’on a sur Québec ! J’ai pris le temps de tout lui montrer, les ponts, le fleuve, la chute Montmorency, l’île d’Orléans, etc. Elle a même piloté le parachute d’elle-même un petit peu », relate M. Bernier fièrement. 

Plus tard, la famille s’est réunie pour dîner chez une de ses filles.  

Sauterait-elle encore en parachute ? « Je ne dirais pas non... Je le referais. Oh oui, je le referai », dit-elle, heureuse de cette « journée merveilleuse ».  

Un record ?   

Selon le président de Parachutisme Atmosphair, entreprise fondée en 1993 sur la Rive-Sud, c’est « très rare » d’avoir des clients d’un âge aussi avancé. 

« On a certainement battu notre propre record qui datait de septembre 2013, lorsque Julienne Vachon 93 ans, avait sauté en parachute avec nous ! » 

« À notre connaissance, ça serait un record peut-être pour la province du Québec », parmi la gent féminine, dit-il, sans pouvoir le confirmer hors de tout doute puisqu’il n’y a pas de registre. 

Au Québec, en 2014, un homme de 101 ans, Armand Gendreau, avait sauté en parachute en tandem, battant à l’époque un record Guinness. À travers le monde, des centenaires sautant en parachute, hommes ou femmes, font les manchettes de temps en temps. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.