/news/world

Condamnée à la prison pour avoir tué un pédophile qui s’en était pris à son fils

Statue of justice

sebra - stock.adobe.com

Une Britannique condamnée à la prison pour avoir poignardé à mort un voisin en 2015, a finalement révélé les vraies raisons qui l’on poussée à s’en prendre au septuagénaire. 

Sarah Sands, 38 ans, et mère monoparentale de cinq enfants a tué Michael Pleasted, 77 ans, dans son appartement quelques semaines après avoir découvert qu’il avait abusé de jeunes garçons, dont son propre fils. 

La femme a été trouvée coupable d’homicide en 2015 et condamnée à trois ans et demi derrière les barreaux. Cette peine a finalement été jugée trop clémente et allongée à sept ans et demi de détention par la Cour d’appel britannique. 

Pendant le procès de Sarah Sands, il a été démontré que le pédophile qu’elle avait tué avait été condamné 24 fois pour des crimes sexuels au cours des 30 dernières années. 

«J’ai fait ce que toutes les mères auraient fait en raison de ce qu’il a fait à mon fils, Bradley, mon petit garçon», a raconté la femme en entrevue au Sun. «Je n’ai jamais pensé que j’aurais été capable. Je n’ai aucune fierté d’avoir fait ce que j’ai fait, mais au moins, il ne pourra plus jamais faire de mal à qui que ce soit. Je ne suis pas une mauvaise personne, je sais que j’ai fait du mal. [...] Je ne vais plus jamais tuer. Je ne me vois pas comme une meurtrière, mais je ne regrette pas. J’étais une mère prête à tout pour protéger mes enfants», ajoute la femme. 

Elle a ensuite raconté ce qui a conduit à l'attaque fatale.

«Je me souviens avoir ramassé un couteau et je suis allé chez Mick. Je voulais le persuader de plaider coupable pour que Bradley n'ait pas à témoigner », a-t-elle déclaré. «Mick a ouvert la porte et a souri. Il était arrogant et brusque. Il ne voulait pas m'écouter. Il était froid. Un homme différent de celui qui avait été mon sympathique voisin», se souvient-elle. 

«Je l'ai poussé devant avec le couteau et il m'a attrapé. J'ai perdu le contrôle. Je ne pouvais laisser personne d'autre être blessé, quelqu'un devait protéger les gens », a-t-elle déclaré, en ajoutant que ses avertissements concernant le voisin à la police, aux services sociaux et aux autorités du logement n’avaient rien donné. 

Changement de nom

Personne ne connaissait le passé criminel de l’homme parce qu'il avait changé de nom. 

Il avait réussi à gagner la confiance de la mère et de l’enfant en lui proposant au garçon d’être bénévole et accumuler de l’expérience de travail. 

Le jeune Bradley a néanmoins perdu rapidement de l’intérêt dans ce qu’il faisait. Plusieurs semaines plus tard, la mère a appris que l’homme était accusé d’avoir molesté deux enfants. 

«Je connaissais les garçons. Je n'ai pas douté d'un mot de ce qu'ils ont dit. C'était horrible. Ils avaient 12 ans, si jeunes», a-t-elle déclaré. 

Elle a compris que son fils avait aussi subi des gestes du pédophile. 

«Je l'ai trouvé en train de s'arracher les cheveux, de se bercer, de trembler et de pleurer. Il n'arrêtait pas de dire: "J'aurais dû vous le dire avant, cela aurait pu l'empêcher de berner ces garçons plus jeunes". «Je me sentais malade et le cœur brisé.»

Elle a poignardé Michael Pleasted huit fois avec un couteau de cuisine de 12 pouces. 

La femme est sortie de prison en 2018 et écrit maintenant un livre, «Loss of Control».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.