/news/culture

Le fils de l'humoriste Jonathan Roberge opéré au dos avec une paille pour son cancer

Les neurochirurgiens Alexander Weil (gauche) et Sung-Joo Yuh ont utilisé une technique innovante pour retirer deux tumeurs du dos de Xavier Roberge, 12 ans. En mortaise : les lésions ont été extraites par deux tubes de 18 mm de diamètre.

Photos courtoisie, hôpital Sainte-Justine

Les neurochirurgiens Alexander Weil (gauche) et Sung-Joo Yuh ont utilisé une technique innovante pour retirer deux tumeurs du dos de Xavier Roberge, 12 ans. En mortaise : les lésions ont été extraites par deux tubes de 18 mm de diamètre.

Un garçon de 12 ans opéré avec succès à l’hôpital Sainte-Justine pour une récidive d’un cancer du cerveau a étonnamment pu rentrer à la maison dès le lendemain de son opération chirurgicale, réalisée à travers une paille, dans son dos, pour la première fois au Québec.

• À lire aussi: Le fils de Jonathan Roberge affronte une récidive de son cancer

• À lire aussi: L'humoriste Jonathan Roberge déplore «l’égoïsme de certains»

• À lire aussi: Jonathan Roberge donne des nouvelles de la santé de son fils Xavier

« Je suis très satisfait, ça n’aurait pas pu mieux aller ! » a réagi le Dr Alexander Weil, neurochirurgien à l’hôpital Sainte-Justine. 

Le 22 juillet, le fils de l’humoriste Jonathan Roberge, Xavier, a subi une opération chirurgicale pour une récidive de cancer du cerveau. 

Le garçon avait subi une première opération à Sainte-Justine, l’an dernier, pour retirer une masse de la taille d’un avocat. 

Mais récemment, un examen a confirmé ce que tous redoutaient : le cancer était revenu, mais dans le bas du dos cette fois. Ce cancer peut se propager n’importe où dans le système nerveux. 

« Même si on avait tout enlevé, des minicellules invisibles peuvent tomber, et elles ne sont pas détectables par la radiologie. Elles ont donc échappé au traitement et elles ont poussé [dans le dos] », dit le Dr Weil. 

Opération inévitable  

Parce qu’aucune chimiothérapie n’est efficace contre ce cancer, l’intervention chirurgicale était inévitable et pressante. L’enfant avait deux lésions d’un centimètre.

Plutôt que de faire une grande incision de huit centimètres dans le dos pour enlever les tumeurs, le Dr Weil a utilisé une technique moins invasive, à travers deux tubes de 18 millimètres de diamètre. 

« Cet enfant-là se bat pour sa vie, mais on veut minimiser la souffrance [...] et le séjour à l’hôpital pour qu’il retourne à ses activités », dit le Dr Weil.  

C’était la première intervention du genre au Québec dans cette partie du corps, note le Dr Weil, spécialisé dans cette technique. Les tumeurs ont été extraites par les tubes. 

« C’est plus difficile, parce qu’on travaille à travers une paille », dit-il. 

À la maison... le lendemain  

L’opération de cinq heures s’est bien déroulée et Xavier a pu rentrer à la maison dès le lendemain soir. Avec la technique traditionnelle, il aurait été hospitalisé une semaine. 

« C’est un sportif qui aime jouer au hockey. [...] On lui donne une chance de retourner à la vie normale », ajoute-t-il. 

Toutefois, Xavier Roberge devra refaire des traitements de radiothérapie et aura un suivi serré dans les semaines à venir. 

« On met les chances de son côté avec ce qui a été fait. Il va falloir voir comment ça évolue », dit le Dr Weil, prudent quant aux chances de survie. 

Ses parents n’ont pas voulu commenter l’opération chirurgicale de leur fils au Journal.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.