/regional/saguenay

GNL Québec: un appel à la mobilisation pour sauver le projet

Le groupe qui milite en faveur du projet de GNL Québec a prévu de se réunir lundi soir pour planifier une manifestation au Saguenay–Lac-Saint-Jean afin de dénoncer la décision de Québec, qui avait rejeté le projet mercredi dernier.

• À lire aussi: Rejet de GNL Québec: le Saguenay-Lac-Saint-Jean doit investir ailleurs

• À lire aussi: Québec rejette le projet de GNL Québec

• À lire aussi: GNL Québec: des citations qui prouvent que le gouvernement a complètement changé d'idée

Le comité compte notamment dans ses rangs le candidat à la mairie de Saguenay, Dominic Gagnon, qui a invité la région à se mobiliser.

«On vient de se faire flouer par un ministre de la périphérie de Montréal», a lancé M. Gagnon, qui affirme parler à titre de citoyen impliqué dans sa communauté.

Le candidat à la mairie n’a pas digéré le refus de Québec, surtout depuis qu’il a lu le rapport d’analyse environnementale rendu public vendredi.

Le document d’une centaine de pages tend à démontrer, selon lui, que le projet répond à au moins deux des trois conditions préalables à son acceptation, contrairement à ce qu’a affirmé le ministre de l’Environnement, Benoit Charette, en point de presse mercredi dernier.

«Les passages sont très clairs quand on prend le temps de lire le rapport», a-t-il soutenu.

Il a notamment référé à la page 52 du document dans laquelle on peut lire que «la direction de l’expertise climatique (DEC) du ministère de l’Environnement estime qu’il est probable que le gaz naturel remplace principalement du charbon dans la première décennie du projet [...] ce qui pourrait contribuer à une réduction des gaz à effet de serre au niveau mondial».

La direction de l’expertise climatique a ajouté que «pour les années postérieures [...] l’évolution des techniques captage, stockage et utilisation du carbone pourrait permettre des réductions de CO2 très significatives issues de l’utilisation du gaz naturel».

«C’est le plus important projet de l’histoire de la région depuis 1925. On n’est plus dans la partisanerie politique», a assuré M. Gagnon. «Je tends la main aux autres candidats, à tout le monde, à la population. Ça prend une mobilisation. La chambre de commerce, Port Saguenay, tous ceux qui croient au potentiel de la région, c’est le temps ou jamais de se faire entendre.»

«On est dans le prévisionnel et on ne peut pas prévoir 10 ans d’avance ce qui va se passer», a mentionné de son côté le porte-parole du groupe GNL Saguenay–Lac-Saint-Jean, Pierre Charbonneau. «Mais ce n’est pas une raison pour dire que le projet ne marche pas.»

«Je vais exiger du gouvernement qu’il revienne sur sa décision», a précisé M. Charbonneau. «Il a lui-même demandé à GNL de refaire ses devoirs et bien là c’est à notre tour de lui demander de refaire ses devoirs. On ne se laisse pas abattre comme ça ni fermer la porte au nez sans réagir. C’est l’intérêt supérieur de la région qu’il faut défendre.»

Le groupe a prévu de convoquer les médias mercredi pour annoncer la tenue d’une manifestation qui devrait avoir lieu dans les prochains jours.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.