/finance/homepage

«Record de chaleur»: un billet de loterie descendu en flammes

Le propriétaire d’un Marché 7 Jours, Imad Abdallah, et son client Martin Laprade ont du mal à comprendre la décision de Loto-Québec.

Photo courtoisie

Le propriétaire d’un Marché 7 Jours, Imad Abdallah, et son client Martin Laprade ont du mal à comprendre la décision de Loto-Québec.

Un Québécois qui avait remporté une chance de participer au tirage de la loterie « Record de chaleur », retirée en moins de 48 heures par Loto-Québec après une controverse, en veut à la société d’État.

« Ça me met en colère. La machine a sonné comme si je venais de gagner le gros lot, alors je ne comprends pas que l’on me donne seulement 100 $. Combien de personnes se sont fait avoir là-dedans ? » lance Martin Laprade, retraité.

• À lire aussi: «Record de chaleur» : Loto-Québec retire un «gratteux» controversé

« J’avais la possibilité de participer à quatre tirages, et Loto-Québec a tout annulé ça à cause de la polémique », déplore l’homme de La Petite-Patrie.

Mi-juillet, Loto-Québec avait retiré le « gratteux » controversé appelé « Record de chaleur », qui s’amusait avec les records de chaleur battus dans la province.

« Plus il fera chaud, plus vous pourriez gagner GROS », mentionnait le slogan, qui en avait choqué plusieurs alors que des feux rongeaient l’Ouest canadien.

La poule aux œufs d’or

Or, pour Martin Laprade, qui a perdu sa chance de participer au tirage du jour au lendemain, la société d’État n’aurait pas dû jouer le jeu de la rectitude. 

« On a tué un million de poulets au Québec. Est-ce que l’on a annulé La Poule aux œufs d’or ? C’est aberrant, ce qui se passe », souligne-t-il.

Pire encore, il est d’avis que Loto-Québec n’a pas respecté ses engagements.

« Je trouve que c’est une rupture de contrat. Je suis sensible aux changements climatiques. Ça me touche, mais pourquoi enlever la loterie ? » se demande-t-il.

Loto-Québec se défend

Ces derniers jours, Loto-Québec a défendu sa volte-face. 

« Les lots des billets vendus sont honorés, mais la portion tirage a été annulée », a expliqué son porte-parole Renaud Dugas.

D’après lui, il fallait agir « devant les préoccupations soulevées, même si ce n’était pas du tout dans cet esprit que le billet avait été conçu, et pour ne pas prêter à confusion ».

En moins de deux, le 13 juillet dernier, la société d’État a exigé le retrait du billet du marché et a contacté les détaillants pour leur demander d’arrêter de vendre la loterie qui jouait avec le feu.


♦ Début juin, Le Journal soulignait que Loto-Québec a dépensé près de 2 millions $ en heures supplémentaires en 2020-2021, alors que les casinos et les salons de jeux ont été fermés la grande majorité du temps.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.