/regional/montreal/montreal

Une vigile en hommage à la 14e victime d’un féminicide au Québec

Une centaine de personnes ont pris part lundi soir à une vigile organisée dans le quartier Parc-Extension pour rendre hommage à la plus récente victime d’un féminicide à Montréal, qui a perdu la vie le 19 juillet dernier.

• À lire aussi: Féminicide à Montréal: une femme de 32 ans tuée par son conjoint dans Parc-Extension

• À lire aussi: 14e féminicide: la voiture du suspect retrouvée

• À lire aussi: 1200 kilomètres de vélo pour amasser des fonds contre la violence conjugale

En tenue blanche pour la grande majorité, plusieurs personnes se sont réunies à partir de 18 h au coin des rues Saint-Roch et Birnam, près de l’endroit où le drame s’est déroulé il y a plus d’une semaine.

Des bougies et des fleurs ont été déposées sur les lieux, avant que des colombes soient lâchées sur le coup de 18 h 45 comme symbole de paix, selon l’organisatrice de la vigile et directrice générale de l’organisme l’Afrique au féminin, Ndjel Rose.

«On s’est dit «assez c’est assez», on va commencer à agir à Parc-Extension contre la violence faite aux femmes», a expliqué Mme Rose en entrevue avec l’Agence QMI au sujet de la tenue de ce rassemblement.

Plusieurs élus étaient d’ailleurs présents lors de cette vigile, aussi bien au niveau municipal que provincial et fédéral, a indiqué Ndjel Rose.

Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) était présent sur les lieux afin de bloquer une partie de l’intersection pour permettre le rassemblement.

Rajinder Kaur, âgée de 32 ans, a été tuée par son conjoint il y a plus d’une semaine. La femme avait été retrouvée par les services d’urgence gisant dans une mare de sang et présentant de graves blessures à la tête. Elle a malheureusement succombé à ses blessures sur place.

Il s’agit du 14e féminicide survenu au Québec depuis le début de l’année 2021.

Une problématique récurrente à Parc-Extension 

«À Parc-Extension, il y a souvent des femmes qui sont victimes de violence conjugale», a indiqué la directrice générale.

Mme Rose compte notamment sur un financement afin de réaliser du porte-à-porte dans le quartier et informer directement les femmes sur les ressources qui sont à leur disposition en cas de violence conjugale.

«J’ai demandé à tous les organismes qui étaient là [lundi] soir ainsi qu’aux élus qu’on fasse une table de concertation et qu’on parle de la violence faite aux femmes à Parc-Extension», a-t-elle également précisé.

Une marche contre la violence faite aux femmes dans le quartier montréalais devrait d’ailleurs être organisée au début de l’automne.

«Le but, c’est de dire qu’on est au courant que des femmes sont victimes de violence dans leur maison, alors on va commencer par deux marches par année», a souligné Mme Rose.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.