/news/currentevents

Le site d’un syndicat de policiers utilisé par des pirates pour la vente de produits

Cyberattaque mains gantées ordinateur pirate piratage

Photo Fotolia

Le site internet de la Fraternité des policiers de la Ville de Terrebonne a dû être réinstallé à neuf mardi, après avoir été détourné pour faire la promotion de sites web japonais offrant du matériel piraté et des objets de contrefaçon.

• À lire aussi: Washington et ses alliés condamnent ensemble les cyberactivités «malveillantes» de Pékin

• À lire aussi: Piratage de Microsoft Exchange: le Canada accuse aussi la Chine

• À lire aussi: Une société israélienne accusée de servir l'espionnage mondial de reporters et dissidents

Un grand nombre de pages en langue japonaise n’ayant aucun rapport avec ce syndicat de policiers ont été publiées sur ce site abandonné ou non maintenu, a pu constater l’Agence QMI avant que la situation ne soit corrigée. Ces pages restaient invisibles pour le néophyte ou quiconque se rendait au fpterrebonne.ca, mais étaient répertoriées par le moteur de recherche Google.

Sam Harper / AGENCE QMI

Le phénomène est connu et porte même un nom: «piratage par mots clés japonais».

Dans ce scénario, un pirate s’empare d’un site web qui n’a pas été mis à jour et y injecte des pages avec du texte en japonais généré automatiquement. Ces pages ne sont visibles qu’aux moteurs de recherche, ce qui les rend plus difficiles à détecter. Elles sont remplies de mots clés et contiennent des liens vers des sites de vente en ligne. La multiplication de ces liens fait en sorte que ces magasins offrant des produits de contrefaçon se retrouvent mieux classés dans les résultats de recherche Google.

Sam Harper / AGENCE QMI

La Fraternité des policiers de la Ville de Terrebonne nous a confirmé mardi matin que son fournisseur informatique travaillait à rétablir la situation. Mardi après-midi, la situation était corrigée.

«C’était un site qui ne contenait qu’un lien vers YouTube», a indiqué Jean-Philippe Gagné, vice-président du syndicat, précisant qu’il n’y avait aucune information sensible.

Le dirigeant de l’entreprise qui héberge le site en question, Olivier Forget, à qui nous avons aussi parlé, a souligné qu’il est très important pour les gens, les entreprises ou organisations qui ont des sites web de les mettre à jour afin d’éviter ce genre de désagrément.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.