/regional/sherbrooke/estrie

Les intentions de voyages sont de plus en plus marquées, malgré les contraintes

Environ 55% des Québécois ont l’intention de voyager autant qu’avant et 14 % ont l’intention de voyager plus qu’avant la pandémie, dans les six mois qui suivront l’ouverture des frontières, selon un sondage mené pour le compte de CAA Québec.

• À lire aussi: Vaccination mixte et troisième dose: l’opposition exige des réponses au ministre Christian Dubé

• À lire aussi: Les Québécois ont hâte de prendre l’avion de nouveau

• À lire aussi: Les Québécois sont de retour à Cuba

«C’est une très bonne nouvelle pour le secteur voyage», a indiqué le directeur des affaires publiques pour CAA Québec, Nicolas Ryan à TVA Nouvelles, mardi.

«Le fait d’avoir enlevé la quarantaine obligatoire à l’hôtel, ça augmentait le coût d’un voyage, donc ça aide les gens à réserver», a souligné la conseillère chez Voyages Aqua Terra, Manon Dupont.

Toujours selon le sondage les destinations les plus prisées sont l'Europe (35 %), les États-Unis (35 %) et les destinations soleil (39 %).

Alors que les mesures sanitaires pour entrer au Canada seront bientôt allégées, les conditions d’entrées sont différentes d’un pays à un autre.

«Il faut toujours vérifier avec les ambassades ou les autorités d’un pays pour voir les vaccins [acceptés], parce qu’on les voit les problématiques avec les vaccins en ce moment», a soulevé de son côté David Martel, directeur de l'agence Voyages Mercedes, située à Sherbrooke en Estrie.

Environ 60 % des répondants au sondage de CAA Québec ont dit être inquiets face aux procédures liées à la COVID-19, comme les protocoles sanitaires des pays visités, les assurances qui doivent être prises et la vaccination.

«C’est la première chose que les gens nous demandent. On doit remplir des formulaires de santé, dépendamment des pays, et quand on a nos vaccins, c’est beaucoup plus facile d’entrer», a expliqué Manon Dupont.

Certaines mesures engendrent des coûts supplémentaires qu'il faut prendre en compte. Les tests de dépistage obligatoires ne sont pas donnés. «Souvent ça peut coûter 150, 200, 300 $. Pour une famille de quatre, c’est 1 200 $ à l’allée et 1 200 $ au retour. Il faut le prévoir dans le budget», a mentionné Nicolas Ryan.

La pandémie a tout de même refroidi certains voyageurs, alors que plusieurs préfèrent rester à la maison tant que ce n’est pas plus sécuritaire.

Même si les amateurs de voyage ont hâte de visiter leurs pays préférés, le gouvernement du Canada recommande encore d'éviter les voyages non essentiels

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.