/sports/homepage

Affaire Logan Mailloux: Geoff Molson s'excuse

Historiquement, le Canadien a toujours travaillé fort pour soigner l’image de l’équipe et pour véhiculer de bonnes valeurs au sein de la communauté. Le logo passait avant le nom dans le dos. Avec le choix de Logan Mailloux au 31e rang lors du premier tour du repêchage, le CH a dérogé de ses propres principes.

• À lire aussi: Sélection de Logan Mailloux: les tracas s’intensifient pour le Canadien

• À lire aussi: CH: Justin Trudeau critique le choix de Logan Mailloux

• À lire aussi: «Je dois mériter la confiance des partisans» - Logan Mailloux

Geoff Molson a publié une lettre cinq jours après cette sélection controversée pour offrir ses excuses et a participé à une visioconférence avec des journalistes invités minutieusement, mercredi. Le propriétaire du Tricolore a pris le blâme pour cette histoire.

«C’est un dossier où nous avons commis une erreur, a reconnu Molson. Les gens doivent comprendre que nous avons commis une erreur. Comme je l’ai dit au départ, notre décision a offensé plusieurs personnes. Je me sens mal, je m’en excuse. Mais je veux qu’on fasse les bonnes choses. Je sens que la bonne direction est de tourner le coin, d’avoir des plans et d’en faire un truc positif pour aider des gens qui ont souffert de cela.»

Pas à la table      

À l’origine, Mailloux avait exprimé clairement son désir de ne pas être repêché en 2021 afin de reconstruire sa crédibilité, son image et se disant encore trop immature.

Même s’il a été reconnu coupable d’un crime sexuel en Suède pour diffamation et partage d’une photo intime sans le consentement de la jeune femme, le défenseur de 18 ans a entendu son nom être prononcé par le directeur général du CH, Marc Bergevin, à la fin du premier tour.

Le CH connaissait l’histoire de Mailloux. Ce n’était pas un secret. Pourquoi le repêcher dans un tel contexte ?

«Il y a une réponse courte, a-t-il répliqué. Au repêchage, il y avait une pression. On croyait qu’il était pour sortir avec une autre équipe au deuxième tour. Mais c’était une erreur de jugement. On a mal analysé les répercussions. Si j’avais été à la table du repêchage, j’aurais tenté d’éviter cela.»

«J’en prends la responsabilité pour un manque de jugement de ma part. Au départ, mon idée, c’était un garçon de 17 ans qui a fait une grave erreur. Il méritait une deuxième chance. Nous travaillerons fort avec Logan pour l’encadrer et le suivre. Je n’ai toutefois pas évalué tous les enjeux. Je prends le blâme. Et honte à moi de ne pas avoir assez pris en considération la victime dans cette histoire.»

Absent des camps      

À la conclusion du repêchage, Trevor Timmins, l’adjoint de Bergevin et le grand manitou du recrutement amateur chez le CH, avait dit qu’il s’attendait à voir Mailloux pour le camp des recrues et le camp de l’équipe au mois de septembre.

L’Ontarien n’y sera toutefois pas.

«C’est une décision que j’ai prise de ne pas l’inviter pour nos camps, a mentionné Molson. Logan a besoin de temps. Il a juste 18 ans, il doit apprendre à devenir une meilleure personne. On ne lui a pas offert de contrat, on aura besoin d’évaluer ses progrès. C’est un enjeu important.»

«On le suivra de très, très près, a-t-il poursuivi. On fera tout pour l’aider à devenir une meilleure personne. Mais on voudra aussi utiliser son histoire pour bien faire dans la communauté. C’est important pour nous. Si je peux faire un résumé de ce que j’ai appris, c’est que cette décision était offensante pour plusieurs personnes. Le Canadien est beaucoup plus qu’une équipe de hockey. Je l’ai toujours dit. Je sens que j’ai laissé tomber ma garde dans ce dossier.»

Au repêchage de 2020, les Coyotes de l’Arizona ont également traversé une tempête avec le choix de Mitchell Miller au quatrième tour (111e choix). Même si c’était un choix de quatrième tour, Miller était le premier choix des Coyotes à ce repêchage.

Quelques semaines après le repêchage, les Coyotes ont renoncé aux droits sur Miller en raison d’une histoire d’intimidation et de racisme contre un camarade de classe noir et déficient intellectuel.

Le collègue Jonathan Bernier aurait aimé poser la question au propriétaire du CH à savoir si le CH a songé à suivre le même chemin que les Coyotes, mais le Tricolore avait limité les questions à un seul représentant par médias.

 

Un encadrement      

Mailloux portera les couleurs des Knights de London la saison prochaine. Le CH gardera un œil sur lui autant pour son jeu sur la glace que ses agissements à l’extérieur de la patinoire.

Si Molson a refusé de rentrer dans les détails sur son implication ou l’aide que le Canadien offrira à la jeune femme en Suède, il a offert les grandes lignes de son plan pour son jeune espoir.

«On a des idées pour l’encadrer. La personne que j’ai nommée, c’est Geneviève Paquette [vice-présidente engagement communautaire et présidente de la fondation pour l’enfance]. Elle travaillera avec lui. Il y aura plusieurs étapes. On regardera ses expériences, on songera à des façons pour qu’il s’implique dans la communauté. Il y a plusieurs pistes. On fera notre possible à long terme.»

Dossier Logan Mailloux : c’est la langue de bois   

Interrogé relativement au choix de Logan Mailloux au repêchage amateur, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, s’en est littéralement remis à la lettre du propriétaire Geoff Molson.

Ce dernier a publié une lettre dans laquelle il a admis un manque de jugement personnel et une erreur de la part de l’organisation. Or, Bergevin avait bien peu à ajouter à ce propos, malgré les nombreuses questions des journalistes.

«Je suis en accord avec la lettre de Geoff. Dorénavant, ce sont les actions qui vont parler», a-t-il simplement répondu à la première interrogation à ce sujet.

Plus tard dans la vidéoconférence, Bergevin a été invité à répondre sur un possible désaveu de son patron relativement à la sélection de Mailloux. Le Canadien serait-il tenté d’imiter les Coyotes de l’Arizona, qui, en 2020, avaient renoncé aux droits de leur choix Mitchell Miller, qui s’était retrouvé au cœur d’une histoire d’intimidation et de racisme contre un camarade de classe noir et déficient intellectuel?

«Tout a été bien dit dans la lettre», fut sa réponse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.