/news/coronavirus

Cégeps et universités: les jeunes retourneront en classe cet automne

Les étudiants des cégeps et universités débuteront l’année scolaire sur les bancs d’école en septembre. Québec s’apprête à annoncer une rentrée « en présence », malgré le retard dans la vaccination des jeunes adultes.

• À lire aussi: France: nouvelle série de mesures face à la quatrième vague de COVID

• À lire aussi: Hospitalisé depuis 2012, un adolescent termine ses études secondaires

• À lire aussi: Il termine son secondaire en avance malgré son TDAH

Une source gouvernementale a confié à notre Bureau parlementaire que la Santé publique devrait autoriser le retour en classe « à 100% » cet automne. 

En mai dernier, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle McCann, affirmait que les jeunes pourraient regagner les bancs d’école seulement si la couverture vaccinale des 16-29 ans atteignait 75%. 

Québec risque fort de pas atteindre cette cible à temps pour la rentrée, mais la Santé publique est rassurée par se le pourcentage de jeunes vaccinés dans la population étudiante : 84% ont déjà reçu une première dose et 81% ont reçu leur deuxième dose ou ont déjà pris rendez-vous pour la recevoir. 

De plus, Québec estime que la présence des jeunes sur les campus permettra de mener des campagnes de vaccination à l’école afin de rejoindre les retardataires. 

Avec ou sans masque?  

En mai dernier, Mme McCann avait précisé que le retour en classe se ferait sans distanciation sociale. « Que ce soit dans les salles de classe ou dans les espaces communs, les étudiants pourront se retrouver à moins d’un mètre les uns des autres, sauf en ce qui concerne les activités parascolaires et le sport », avait-elle déclaré. 

La question du masque demeure toutefois à trancher. 

Deux experts en santé publique plaident d’ailleurs pour le port du couvre-visage en classe, que celui-ci soit imposé ou non par la Santé publique. 

Roxane Borgès Da Silva s’inquiète notamment de la propagation du variant Delta dans les grands amphithéâtres des universités, où jusqu’à 500 élèves peuvent s’entasser durant plusieurs heures. « On augmente les risques de potentielles éclosions dans ces espaces clos où on a énormément de monde », dit la professeure agrégée à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. 

Même prudence pour le virologue Benoit Barbeau, même si les taux de vaccination sont beaucoup plus encourageants ici qu’aux États-Unis. « Personnellement, je recommanderais fortement que les gens portent le masque, dit celui qui enseigne du département des sciences biologiques de l’UQAM. Moi, je le ferai certainement. » 

Aux États-Unis, les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC) viennent d’ailleurs de recommander le port du masque en milieu scolaire afin de freiner la propagation du variant Delta. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, notait également sur Twitter mercredi que le Québec connaît présentement une hausse des infections.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.