/news/municipales2021

Lévis: un parti veut mettre fin au «one-man-show» du maire Gilles Lehouillier

<b>Monica Beaudet</b><br /><i>Cheffe intérimaire et directrice des communications du parti politique municipal Repensons Lévis</i>

Photo gracieuseté

Monica Beaudet
Cheffe intérimaire et directrice des communications du parti politique municipal Repensons Lévis

À la différence de l’élection précédente, alors que 10 candidats sur 15 avaient été élus par acclamation, les électeurs lévisiens auront une solution de rechange au parti du maire Lehouillier dans chaque district en novembre prochain.

C’est du moins l’ambition de Repensons Lévis, un nouveau venu sur la scène municipale qui a émergé il y a à peine un an, en partie de la volonté de mettre un terme à la domination de Gilles Lehouillier au conseil municipal, où son parti Lévis force 10 détient tous les sièges actuellement.

Repensons Lévis se targue d’avoir déjà sélectionné 13 candidats qui brigueront un poste de conseiller municipal, sur un total de 15 districts à couvrir.

Le parti tarde toutefois à dévoiler la personne qui portera ses couleurs dans la course à la mairie. Son identité devrait être connue à la « fin août, début septembre », selon la cheffe par intérim Monica Beaudet.

« On voit qu’au courant des dernières années, à Lévis, ç’a été un peu un one-man-show, puis nous, on veut faire le contraire. On veut mettre chacune des candidatures de l’avant. Peut-être que c’était un choix audacieux, mais on est très confiants devant ce choix », justifie-t-elle.

Troisième lien 

Pour le moment, peu de détails du programme électoral de la formation politique sont connus, si ce n’est qu’il mettra l’accent sur certains thèmes comme la participation citoyenne, la qualité de vie et l’économie durable.

Concernant le troisième lien, « on ne s’oppose pas au projet, mais on veut vraiment représenter les intérêts des Lévisiens dans le dossier », affirme Mme Beaudet.

Selon le chercheur et doctorant en science politique à l’Université Laval Philippe Dubois, « l’arrivée d’un parti est toujours une bonne nouvelle en politique municipale », mais Repensons Lévis doit se préparer à faire face à la « machine politique » bien huilée de Lévis force 10.

Nébuleuse 

Le parti du maire sortant règne presque sans partage depuis plus d’une décennie et a survécu au départ de sa première cheffe, Danielle Roy-Marinelli, en 2013, ce qui fait de Lévis « un peu la nébuleuse de la scène politique des plus grandes villes au Québec », selon cet expert.

« Visiblement, les gens, à Lévis, quand ils sont satisfaits avec le pouvoir en place, ont tendance à le reconduire », analyse-t-il, ajoutant que M. Lehouillier s’est aussi « positionné habilement comme une figure régionale d’importance », lui assurant une bonne visibilité.

De son côté, Repensons Lévis pense pouvoir faire une percée « en créant une élection dans l’ensemble des districts » et « en amenant un débat d’idées ».

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.