/news/world

Les employés fédéraux américains devront être soit vaccinés, soit masqués et testés

Joe Biden a-t-il crié victoire trop tôt contre la pandémie de COVID-19? Le président américain, qui promettait un «été de liberté» à ses compatriotes, a du prendre jeudi une série de mesures pour relancer la vaccination.

• À lire aussi: Vaccination obligatoire?: les États-Unis doivent «faire mieux»

• À lire aussi: Le port du masque de nouveau recommandé, même vacciné 

«Nous ne sommes pas complètement sortis du bois», a dit le président américain dans un discours à la Maison Blanche, alors que le pays fait face à une flambée de contaminations dues à la propagation rapide du variant Delta.

Pour la première fois depuis des mois, Joe Biden est entré dans la salle où l'attendaient les journalistes avec un masque noir, qu'il a enlevé avant de commencer à parler.

Il suit de toutes fraîches recommandations des autorités sanitaires américaines, selon lesquelles même les Américains vaccinés doivent remettre des masques, s'ils se trouvent dans des zones où la circulation du virus est importante.

Dorénavant, des millions d'employés fédéraux devront soit être vaccinés, soit se plier à une série de contraintes, a annoncé la Maison Blanche.

Les employés fédéraux non vaccinés auront ainsi l'obligation de porter le masque en continu, et ce même dans les zones où la circulation de la COVID-19 est faible, et de se soumettre à des tests réguliers, une ou deux fois par semaine.

Ils seront aussi limités dans leurs déplacements, selon ce communiqué, diffusé peu avant une allocution du président américain.

Sans aller jusqu'à l'obligation vaccinale pure et simple, il s'agit toutefois d'un changement de cap pour l'administration Biden qui jusqu'ici se refusait à associer toute idée de contrainte à la vaccination, insistant davantage sur la responsabilité individuelle et les messages d'encouragement.

Plusieurs millions de personnes concernées 

L'État fédéral emploie 4 millions de personnes, dont 2 millions de civils.

Pour ce qui concerne les militaires, le président américain demande à l'armée de réfléchir à «comment et quand» ajouter le vaccin contre la COVID-19 à la liste des vaccins obligatoires pour les militaires.

Entre autres mesures d'incitation, Joe Biden appelle les autorités locales à verser 100 dollars à toute nouvelle personne se faisant vacciner, en puisant pour cela dans des fonds d'urgence débloqués pour faire face à la pandémie.

Elles semblent bien loin, ces déclarations de juin et début juillet, quand le président américain parlait d'un «été de liberté», et promettait de déclarer bientôt «l'indépendance» des Etats-Unis face au virus - faisant référence à la fête nationale du 4 juillet.

L'administration Biden se reposait alors sur une campagne de vaccination dont les débuts impressionnants ont été donnés en exemple dans le monde entier, mais qui s'est tassée ensuite.

Les responsables européens se vantent désormais d'avoir dépassé les Etats-Unis pour le taux de population ayant reçu au moins une dose de vaccin contre le coronavirus.

Des déclarations remises en questions 

Nombre de commentateurs se demandent donc si le président démocrate n'a pas crié victoire trop tôt.

La Maison Blanche se défend en disant «suivre l'avis des scientifiques», et s'adapter au jour le jour ou presque à la nouvelle situation sanitaire, celle d'un variant Delta beaucoup plus contagieux.

Reste à savoir si ce variant va aussi faire bouger les lignes politiques autour de la vaccination, alors que selon les sondages, la réticence face au vaccin reste plus prononcée parmi les électeurs républicains.

«Ce n'est pas une question d'Etats rouges (républicains) ou d'Etats bleus (démocrates). C'est une question de vie ou de mort», a dit Joe Biden jeudi.

De fait, nombre de responsables et d'élus républicains se sont joints récemment au concert d'appels à la vaccination.

Mais pas question pour autant pour le camp Biden de solliciter l'ancien président Donald Trump dans l'espoir de convaincre davantage d'Américains.

«Nous avons vu quasiment tous les anciens présidents faire des déclarations publiques pour s'assurer que les gens comprennent que le vaccin est sûr et efficace. Il n'y a pas besoin de recevoir un carton d'invitation calligraphié pour rejoindre ce mouvement» a récemment déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.