/regional/saguenay

Les infirmières de Chicoutimi fortement insatisfaites

Une soixantaine de professionnelles en soins ont voulu envoyer un message clair à la ministre Andrée Laforest en se rassemblant devant son bureau, jeudi, à Chicoutimi.

Première revendication: plus de temps supplémentaire obligatoire. Aussi, on voudrait que les transferts de postes soient effectués beaucoup plus rapidement. Présentement, plusieurs travailleurs attendent depuis plus d'un an.

« Lorsqu'on applique sur un poste, c'est parce qu'on a besoin d'un changement alors que là, tout ce qu'il se passe, c'est qu'on reste dans le même environnement de travail et on se tient chaque jour à côté du téléphone en espérant avoir une date pour le transfert », a expliqué la présidente du Syndicat des professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Julie Bouchard.

L'autre défi de la région, c'est l'attraction de personnel.

« Saguenay-Lac-Saint-Jean, si on ne travaille pas à être rétentif, à offrir des formations qui vont retenir les gens dans la région avec des ponts avec le CIUSSS ou avec des bourses, les gens vont tout simplement être en exode », a ajouté la vice-présidente aux relations de travail de la Fédération Interprofessionnelle de la santé du Québec, Nathalie Lévesque.

« Ce qu'on demande, c'est être sur deux quarts de travail maximum, ce qui est beaucoup plus agréable pour une conciliation travail-famille », a ajouté Julie Bouchard.

Les membres devront se prononcer les 4 et 5 août prochain sur l'adoption d'une entente de principe.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.