/news/culture

Un film attendu sur la vie de Gilles Villeneuve

Après avoir porté à l’écran la vie de Louis Cyr, Daniel Roby s’attaquera à une autre figure légendaire québécoise. Le cinéaste tournera l’an prochain un film sur l’incroyable ascension du pilote automobile Gilles Villeneuve.

Le film relatera les exploits de Gilles Villeneuve avant qu’il décroche un volant en Formule 1.

Photo d'archives

Le film relatera les exploits de Gilles Villeneuve avant qu’il décroche un volant en Formule 1.

Daniel Roby n’est pas le premier cinéaste à se lancer dans le projet de réaliser un film sur la vie de Gilles Villeneuve. Plusieurs de ses pairs, dont Christian Duguay (Jappeloup), ont déjà planché sur des scénarios de long métrage qui ne se sont jamais concrétisés. Mais il semble que cette fois-ci soit la bonne. Daniel Roby a lancé cette semaine les premières rondes d’audition pour trouver les acteurs principaux de son film, en prévision d’un tournage à l’automne 2022.

Produit par Christian Larouche (Louis Cyr) et intitulé provisoirement Villeneuve, ce long métrage, que Roby a coscénarisé avec Guillaume Lonergan, se penchera sur les premières années de la carrière de Gilles Villeneuve, alors que le légendaire pilote dominait les courses de motoneiges, de Formule Ford et de Formule Atlantique. Ce sont les exploits du Québécois dans ces championnats qui ont incité Enzo Ferrari à lui offrir, en 1977, un des volants les plus prisés au monde, en Formule 1. 

Villeneuve à bord de sa Formule Atlantique au milieu des années 1970.

Photo d'archives

Villeneuve à bord de sa Formule Atlantique au milieu des années 1970.

« C’est une histoire rocambolesque, lance Daniel Roby en entrevue au Journal. Les gens connaissent les moments clés de la carrière de Gilles en Formule 1, comme sa course contre René Arnoux ou quand il avait roulé avec un pneu crevé. On parle aussi souvent de son accident et de sa mort [en 1982]. Mais on connaît moins ses origines et sa jeunesse. Pourtant, tout ce qu’il a réussi à accomplir pour se rendre jusqu’en Formule 1, ce sont aussi des aventures époustouflantes ! »

Pour Christian Larouche, ce film pourrait très bien s’intituler La genèse d’un champion : « Les exploits de Gilles en Formule 1, tout le monde les connaît. Je trouvais ça plus intéressant de raconter comment un petit gars de Berthierville a réussi à réaliser son rêve en décrochant un volant en Formule 1 », explique le producteur qui travaille aussi sur des projets de films sur Guy Lafleur et Diane Dufresne.

Villeneuve au fil d’arrivée lors de son triomphe au Grand Prix de Trois-Rivières, en 1976.

Photo d'archives

Villeneuve au fil d’arrivée lors de son triomphe au Grand Prix de Trois-Rivières, en 1976.

La famille appuie le projet 

La famille Villeneuve a donné son soutien au projet. Daniel Roby a eu la chance de rencontrer la veuve de Gilles, Joann Villeneuve, et leur fille, Mélanie. Il a aussi parlé à Jacques, le fils de Gilles, qui a suivi les traces de son père en Formule 1. 

« C’est avec joie et fierté que nous nous associons avec Christal Films, le producteur Christian Larouche et le réalisateur Daniel Roby pour célébrer mon père Gilles Villeneuve dans le cadre de la production d’un film qui portera sur sa jeunesse, sa carrière en motoneige, ses débuts en course automobile, ses succès en Formule Atlantique jusqu’à sa signature avec l’écurie Ferrari », a fait savoir Mélanie Villeneuve dans une déclaration écrite.

La majeure partie du film sera tournée au Québec, mais des scènes seront aussi filmées en Europe, notamment en Italie, où Gilles Villeneuve est allé faire des essais devant Enzo Ferrari avant de signer son contrat en Formule 1. 

Comme il l’avait fait pour Louis Cyr, Daniel Roby fera appel à la technologie des effets visuels pour reconstituer les moments les plus spectaculaires des premières courses de Villeneuve. 

« Avec Louis Cyr, on avait 300 plans d’effets visuels, rappelle le cinéaste. Pour Villeneuve, il va y en avoir encore plus. On travaille déjà avec le studio d’effets visuels Real by Fake pour nous aider dans la reconstitution de certaines courses. Quand on fait un film sur Gilles Villeneuve, on ne peut pas juste mettre en scène deux personnages qui discutent dans une cuisine. Il faut être en mesure de montrer de l’action et des courses pour que les spectateurs soient satisfaits. C’est un des grands défis du film. »

Un budget de 12 millions $  

Même si son film bénéficiera d’un budget colossal pour une production québécoise (environ 12 M$), Daniel Roby aurait eu besoin de plusieurs dizaines de millions de dollars additionnels pour pouvoir recréer l’épopée de Gilles Villeneuve en Formule 1. 

« Ça nous aurait pris un budget hollywoodien comme celui de Rush [film de Ron Howard sur la rivalité entre Niki Lauda et James Hunt] pour avoir la permission d’utiliser les grandes marques de F1, souligne le cinéaste. Mais je peux vous garantir que les courses de Gilles qu’on va reproduire dans notre film vont être aussi excitantes que ses prouesses en F1. »

Pour écrire le scénario de Villeneuve, Daniel Roby et Guillaume Lonergan ont passé à travers 25 livres et 500 articles sur le célèbre pilote. Même s’il travaille officiellement sur ce projet depuis cinq ans, Roby rêvait déjà de réaliser un film sur la vie de Gilles Villeneuve après la sortie de son premier long métrage, La peau blanche, en 2004.

Le long métrage couvrira également ses années comme pilote de motoneige.

Photo d'archives

Le long métrage couvrira également ses années comme pilote de motoneige.

« Je me souviens qu’à l’époque, un distributeur m’avait demandé si j’avais une idée pour mon film suivant et j’avais répondu que j’aimerais faire un film sur Gilles, relate-t-il. Mais il m’avait fait comprendre que, rendu à ce stade-là de ma carrière, c’était peut-être un peu trop ambitieux. Mais là, après avoir fait des films plus coûteux comme Funkytown, Louis Cyr et Suspect numéro un, je me sens prêt. »

Une idole de jeunesse 

Né en 1970, Daniel Roby était âgé de sept ans quand Gilles Villeneuve a remporté le Grand Prix du Canada, à Montréal, en 1978. « C’est de là que tout est parti pour moi, confie-t-il. Quand j’étais jeune, je ne voulais pas juste être un pilote automobile comme Gilles Villeneuve. Je voulais être Gilles Villeneuve ! 

« Pour moi, c’est un projet encore plus attendu que Louis Cyr parce que les gens de plus de 50 ans ont eu la chance de voir Gilles Villeneuve à l’œuvre et s’en souviennent encore. Je suis conscient qu’il va y avoir de grandes attentes envers le film. Mais ce genre de pression ne me fait pas peur. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.