/news/currentevents

Corps aux déchets : les crimes majeurs de la SQ s’en mêlent

Les enquêteurs des crimes majeurs de la Sûreté du Québec (SQ) se joignent à l’enquête visant à éclaircir les circonstances de cette histoire épouvantable survenue vendredi dernier, à Sherbrooke, alors que le corps d’une femme a été jeté aux ordures.

Le Service de police de Sherbrooke dit avoir demandé l’assistance de la SQ dans ce dossier pour «préserver la confiance du public» et de la famille endeuillée à la suite «des nombreuses affirmations et allégations médiatiques».

• À lire aussi: Le corps calciné d’une femme mis aux ordures soulève l’incompréhension

• À lire aussi: Le corps d'une femme mis aux déchets par les services d'urgence

Les enquêteurs de la SQ entameront leur travail sur le terrain dès vendredi.

«Il est important que l’objectivité et la transparence soient priorisées pour ce dossier jugé exceptionnel compte tenu des différentes perceptions véhiculées. Nous réitérons que nous prenons ce dossier très au sérieux, et ce, depuis le début», a déclaré par voie de communiqué le directeur du Service de police de Sherbrooke, Danny McConnell.

Accompagné notamment du directeur du Service des incendies de la municipalité, M. McConnell a tenu un point de presse jeudi, quelques heures après la médiatisation de cette troublante histoire, lors duquel il n’a répondu à aucune question des médias.

Les services d’urgence sherbrookois sont plongés dans la controverse après avoir jeté le corps d’une mère de famille décédée aux ordures, croyant à tort qu’il s’agissait d’un mannequin.

Les événements se seraient produits le 23 juillet, alors qu’une femme se serait immolée dans un boisé près de la rue Cabana, à Sherbrooke, déclenchant du même coup un feu de broussailles.

Des témoins auraient alors raconté aux pompiers et aux policiers dépêchés sur les lieux qu’une personne s’était rendue à cet endroit pour brûler un mannequin en silicone.

Le soi-disant mannequin a été récupéré, puis jeté dans un conteneur à déchets sur le terrain du service de police.

Sauf que quelques heures plus tard, la disparition d’une femme dans la soixantaine a été signalée par son conjoint.

La voiture de la dame a ensuite été retrouvée aux abords des résidus du feu.

Ce n’est qu’à ce moment que les autorités ont compris que le corps qu’ils avaient balancé aux ordures un peu plus tôt était en réalité le cadavre carbonisé de la femme disparue.

À ce stade-ci de l’enquête, tout porte à croire que la femme aurait volontairement mis fin à ses jours.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.