/sports/homepage

Japon 2020: la détresse de Simone Biles entendue

Katerine Savard et Mary-Sophie Harvey comprennent très bien la décision de l’icône de la gymnastique américaine Simone Biles de se retirer de la compétition en raison de troubles de santé mentale et saluent son choix.

Les deux nageuses de l’équipe olympique canadienne ont elles aussi vécu des moments difficiles au fil des ans et une période de remise en question. « J’espère que le retrait de Simone Biles va ouvrir des yeux, a mentionné Savard. Être un athlète signifie que tu es un humain et que tu vis des émotions. »

« Même si les gens voient seulement les podiums, c’est difficile d’être un athlète de haut niveau et nous ne sommes pas tous sur un nuage, de poursuivre la médaillée de bronze à Rio en 2016 au relais 4x200 m libre. Trop d’athlètes sont laissés à eux-mêmes. »

Suicide  

Dans un texte publié sur Podium de Radio-Canada, Harvey a confié avoir tenté de se suicider alors que sa carrière battait de l’aile et qu’elle était l’objet de commentaires désobligeants au sujet de son poids. Elle avait lancé un cri à l’aide à sa mère.

« Ça prend tellement de force et de courage pour faire une sortie comme Biles, exprime-t-elle. Sa sortie va faire du bien pour les jeunes qui vivent une situation similaire. Les athlètes sont considérés comme invincibles. Ils ont peur de le dire parce qu’ils craignent d’être jugés. Tous les athlètes ont leurs démons. »

Les ressources sont-elles suffisantes pour venir en aide aux athlètes qui éprouvent des problèmes ? « La réponse est 100 pour cent non, affirme sans détour Harvey. Même si la situation s’améliore, les ressources ne sont pas suffisantes. »

Absentes de la finale  

Membre du quatuor qui a permis au Canada de se qualifier pour la finale du 4x200 m libre, Savard et Harvey se sont retrouvées dans les gradins pour la course ultime. Malgré un record national, le Canada a terminé au pied du podium. La Chine, les États-Unis et l’Australie ont nagé sous la marque de l’ancien record mondial. La nouvelle marque est de 7 min 40 s 33.

« La position est décevante, mais pas le résultat, a mentionné Savard. Les filles ont battu le record canadien. Je ne pensais pas que les Chinoises allaient être aussi bonnes. J’aurais voulu participer à la finale. La stratégie était de garder les filles le plus reposées. »

« J’aurais aimé nager la finale, mais je voulais que les filles fassent bien, de renchérir Harvey. Ça fait un petit pincement de terminer en 4e place, mais on ne peut pas être déçue parce que les filles ont donné leur 100 pour cent. »

  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.