/regional/quebec/chaudiereappalaches

Une campagne de financement pour aider le seul survivant d'un incendie mortel à Lévis

Mylène Bernier a lancé une campagne de financement pour aider son ami Robert Galipeau à se remettre sur pied après avoir tout perdu dans un incendie.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Mylène Bernier a lancé une campagne de financement pour aider son ami Robert Galipeau à se remettre sur pied après avoir tout perdu dans un incendie.

Des amis du seul survivant d’un incendie qui a éclaté à Lévis il y a deux semaines ont lancé une campagne de financement pour permettre à cet homme «bon comme il ne s’en fait plus» de se remettre sur pied.

• À lire aussi: Deux morts dans un incendie majeur à Lévis

Dans la nuit du 17 juillet dernier, Robert Galipeau est sorti in extremis d’un brasier qui a ravagé la maison dans laquelle il demeurait sur la rue Sainte-Thérèse, à Lévis.

Photo d'archives Agence QMI, Guy Martel

Ses deux colocataires, qu’il côtoyait depuis plusieurs années, y ont perdu la vie et l’homme de 60 ans aurait connu le même sort n’eût été la réaction rapide des policiers qui sont arrivés sur les lieux.

«Il a eu la vie sauve, mais il a tout perdu. Toute sa vie est partie en fumée. Il devait prendre sa retraite bientôt, mais il n’a plus les moyens. Il ne méritait pas ça», déplore Mylène Bernier, l’une de ses amies proches.

Photo Agence QMI, Guy Martel

Le cœur sur la main

Le sexagénaire était reconnu comme un homme travaillant toujours prêt à aider autrui sans rien demander en retour. 

Au pire de la pandémie, il faisait même l’épicerie pour des personnes vulnérables, gratuitement.

Quand M. Galipeau s’est trouvé du jour au lendemain être celui qui avait besoin d’aide, sa communauté lui a donc rapidement fait savoir qu’il n’affronterait pas la tempête seul.

Photo Agence QMI, Guy Martel

En plus de l’héberger et de lui trouver un endroit où vivre, ses proches ont aussi lancé une campagne de financement sur la plateforme GoFundMe pour qu’il puisse s’en sortir. 

La collecte d’un objectif de 3000 $ vise à combler au moins ses besoins primaires, le temps qu’il se remette sur pied.

«C’est un homme en or, un homme bon comme il ne s’en fait plus. C’était normal de lui rendre la pareille», lance Mme Bernier.

Frôler la mort

Contacté par Le Journal, Robert Galipeau se dit très ému de l’initiative de ses proches, dont il vient tout juste d’être mis au courant. «Ça fait un petit baume au cœur», assure-t-il.

Le sexagénaire a également tenu à remercier les policiers qui lui sont venus en aide. 

Il affirme qu’il voit la vie d’un autre œil après avoir frôlé la mort.

«La façon dont [mes colocataires] sont morts, je ne souhaiterais pas ça à mon pire ennemi. Dix secondes de plus et je subissais le même sort. C’est sûr que ça remet les choses en perspective», conclut-il.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.