/news/currentevents

La quête d’une famille pour retrouver Mélissa Blais

Mélissa Blais avait 34 ans au moment de sa disparition, le 2 novembre 2017, à Louiseville, en Mauricie.

Photo d'archives

Mélissa Blais avait 34 ans au moment de sa disparition, le 2 novembre 2017, à Louiseville, en Mauricie.

Près de quatre ans après la disparition d’une mère de famille en Mauricie, des éléments remis aux policiers ravivent l’espoir de ses proches de comprendre enfin ce qui s’est passé cette nuit de novembre après sa sortie d’un bar où elle a été aperçue pour la dernière fois. 

• À lire aussi: Disparition de Mélissa Blais : la SQ lance un appel au public

• À lire aussi: Disparition de Mélissa Blais : Recherches infructueuses sur la Rivière Saint-Maurice

• À lire aussi: Disparition de Mélissa Blais: un véhicule retrouvé, mais pas le sien

« J’ai l’impression qu’on avance vers quelque chose. C’est la première fois que ce sentiment est aussi fort en moi. En même temps, j’ai peur qu’on se cogne le nez sur une porte et que les éléments retrouvés n’aient aucun lien, finalement », lance Sylvie René.

Sa belle-sœur Mélissa Blais est portée disparue depuis le 2 novembre 2017. La veille, elle avait quitté son domicile, à Yamachiche, après une chicane avec son conjoint. Elle s’était rendue dans un bar afin de jouer au poker à l’occasion d’un match organisé.

Auto volatilisée

La femme de 34 ans a poursuivi sa soirée au bar Les 2 dés, au centre-ville de Louiseville. Elle a été vue la dernière fois vers 2 h 30 du matin. La police nage depuis en plein mystère sur ce qui a pu lui arriver. On n’a trouvé aucune trace de son véhicule, une Toyota Corolla 2011 de couleur noire, ni même son cellulaire ou ses cartes personnelles.

Dans les semaines qui ont suivi sa disparition, ses proches ont d’abord cru qu’elle avait eu un accident. 

« Mais si c’était le cas, ou même si elle s’était enlevé la vie, on aurait retrouvé sa voiture quelque part », souligne sa sœur, Manon St-Pierre. 

Sa famille est désormais convaincue que la mère de deux enfants a été victime d’un crime.

Depuis novembre 2017, la Sûreté du Québec (SQ) a mis en place des postes de commandement pour recueillir des informations des citoyens, survolé la région en hélicoptère, fouillé des boisés en VTT et inspecté de multiples plans d’eau, en vain.

Mais impatients d’obtenir des réponses, les proches ont entrepris des recherches, accompagnés par l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec.

« On ne peut pas rester assis à la maison en attendant des nouvelles des policiers, sinon on n’aura jamais rien. Il faut qu’on la trouve, on ne peut pas vivre comme ça. Mélissa mérite d’être retrouvée », dit Manon St-Pierre. 

L’an dernier, des bénévoles ont fouillé la rivière Saint-Maurice, à Shawinigan, à un endroit décrit comme idéal pour y faire couler des voitures, rapporte le président de l’organisme, Stéphane Luce. Les plongeurs y sont retournés au début de la semaine. Ils y ont trouvé un véhicule, mais la découverte ne serait pas reliée à la disparition de Mélissa. 

Second souffle

Voilà que lors d’une journée de recherche, au début du mois, ils ont trouvé des objets « qui pourraient être d’intérêt » pour l’enquête sur les berges de la Petite rivière du Loup, à une centaine de mètres du bar Les 2 dés. 

Les éléments découverts ont été saisis pour analyse par la SQ, dit M. Luce, qui n’a pas voulu en préciser la nature afin de ne pas nuire à l’enquête policière.

« On a vécu plusieurs déceptions et moments décourageants au fil des années. Cela nous donne vraiment un second souffle. On ne baissera pas les bras », promet Manon St-Pierre.

Des risques de compromettre la preuve  

S’improviser détective dans une enquête aussi complexe que la disparition de la mère de famille comporte des dangers, avertit un policier à la retraite.

« La pire affaire pour une famille, c’est de pas avoir de réponse. Leur but est de trouver des éléments pour relancer l’enquête, mais il faut rester prudents », dit d’emblée André Gélinas, sergent-détective retraité de la police de Montréal.  

Mélissa Blais est portée disparue depuis novembre 2017. Sans aucun indice sur ce qui aurait pu lui arriver, ses proches ont entrepris des recherches afin de savoir où elle est, aidés de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec.

« Le danger c’est de ne pas être encadré et de contaminer la scène de crime, car les familles ne sont pas des spécialistes. Si des objets d’intérêts sont retrouvés, mais qu’ils ont été manipulés ou déplacés, ça peut altérer la preuve », met en garde M. Gélinas. 

Une preuve solide

« Lors d’un procès, il faut prouver que la preuve n’a pas été [altérée], de sa découverte jusqu’à sa déposition au tribunal. Sinon la défense peut soulever un doute et le suspect pourrait s’en sortir », poursuit-il.

Ainsi, lorsqu’une famille souhaite aider les policiers à trouver une personne disparue, elle doit faire part de ses démarches à l’enquêteur au dossier, dit le lieutenant à la Sûreté du Québec Benoit Richard.

« C’est tout à fait humain de chercher des réponses. Un deuil ne peut pas être entamé si les proches ne savent toujours pas ce qui s’est passé », explique Colette Cummings, directrice générale de l’Association des familles de personnes assassinées ou disparues.

Peur qu’on oublie

La plus grande crainte de la famille est que sa disparition sombre dans l’oubli. « L’enquête n’avancera pas si les gens arrêtent d’en parler et que les informations restent au point mort », soutient sa belle-sœur Sylvie René.

Le fil des événements  

1er NOVEMBRE 2017 

1. Mélissa Blais quitte son domicile, à Yamachiche, vers l’heure du souper, après une dispute avec son conjoint.

2 NOVEMBRE 2017 

mélissa blais

Photo Amélie St-Yves

2. Elle est vue pour la dernière fois vers 2 h 30 au bar Les 2 dés. Son cellulaire émet son dernier signal dans le secteur.

8 NOVEMBRE 2017 

Trois plongeurs de la Sûreté du Québec

Photo d'archives

La Sûreté du Québec (SQ) établit son premier poste de commandement au centre-ville de Louiseville. Dans les jours qui suivent, le corps policier survole en hélicoptère la région.

16 NOVEMBRE 2017 

Des plongeurs de la SQ inspectent la rivière du Loup, qui traverse la municipalité de Louiseville sur une distance d’environ 15 kilomètres.

9 DÉCEMBRE 2017 

Capture d'écran Mélissa Blais

Capture d'écran

La famille de Mélissa Blais ainsi que des citoyens sillonnent les bois et des routes de campagne en VTT.

1er FÉVRIER 2018 

Pendant deux jours, la SQ installe un poste de commandement devant l’hôtel de ville de Louiseville.

16 FÉVRIER 2018 

La SQ procède à des vérifications près de la Petite rivière du Loup, à Louiseville.

20 JUIN 2018 

Des policiers de la SQ en VTT ratissent les terre-pleins et la végétation le long de l’autoroute 40, dans le secteur de Louiseville. L’hélicoptère survole également l’endroit.

27 JUIN 2018 

3. De nouvelles recherches sont entreprises par la SQ dans la Petite rivière du Loup, notamment avec un détecteur de métal afin de dénicher le cellulaire de Mélissa Blais.

6 SEPTEMBRE 2018 

La SQ vérifie les descentes de bateau sur le fleuve Saint-Laurent et le lac Saint-Pierre.

26 SEPTEMBRE 2020 

GEN-MELISSA-BLAIS

Capture d'écran TVA Nouvelles

4. Des bénévoles de l’organisme Meurtres et disparitions irrésolus du Québec (MDIQ) plongent dans la rivière Saint-Maurice, à Shawinigan, afin de débusquer la Toyota Corolla 2011 de couleur noire. 

4 MARS 2021 

5. Des puisards d’égout près du bar Les 2 dés sont fouillés par l’organisme MDIQ et la municipalité afin de trouver le cellulaire. 

11 JUILLET 2021 

6. La famille et des bénévoles dénichent des objets sur les berges de la Petite rivière du Loup. Les nouveaux éléments sont saisis et analysés par la SQ.

28 JUILLET 2021 

FD-RECHERCHES-SQ-BLAIS

Capture d'écran TVA Nouvelles

7. La SQ fait des recherches dans la rivière Saint-Maurice, à Shawinigan, sous un pont de l’autoroute 55, dans le secteur de Grand-Mère.

21 AOÛT PROCHAIN 

L’organisme MDIQ et la famille organiseront des journées de recherches. Les lieux visités ne seront pas dévoilés avant le matin même. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.