/regional/quebec/quebec

Les voitures bruyantes ciblées par la police sur Grande Allée

Une dizaine de policiers ont été déployés dans le secteur de la Grande Allée samedi soir pour tenter de redonner un peu de quiétude aux citoyens exaspérés par le bruit excessif des véhicules. 

Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a décidé de lancer cette opération après de nombreuses plaintes de résidents pour la vitesse, mais également pour le bruit causé par des systèmes d’échappement non conformes ou en faisant révolutionner les moteurs.

Michel Masse, président du Comité des citoyens du Vieux-Québec, note que le problème n’est pas nouveau, mais que la situation s’est aggravée durant la pandémie avec des rues désertes plutôt que bondées de touristes et citoyens. 

« C’est devenu beaucoup plus récurrent. Régulièrement, des véhicules circulaient en faisant beaucoup de bruit, circulaient en parade dans les rues du Vieux-Québec », relate-t-il.  

samedi soir, les agents étaient donc à l’affût de tout manquement au Code de la sécurité routière et de ce qui pourrait troubler la quiétude des résidents. 

Inspections 

En soirée, les policiers étaient notamment actifs sur l’avenue Wolfe-Montcalm, où des véhicules étaient inspectés assidûment, avec des agents vérifiant les tuyaux d’échappement ou sous le capot des automobiles, par exemple.

« On s’attend à de la civilité de la part des résidents, mais de la part également des gens qui sont en ville pour aller au restaurant, etc. », expliquait en après-midi le sergent David Poitras, porte-parole du SPVQ.  

« Des policiers qui ont reçu une formation spécifique sur les systèmes d’échappement vont être déployés. Ils feront les vérifications d’usage sur les tuyaux d’échappement qui pourraient être non conformes », a-t-il ajouté.  

Les contrevenants aux règles s’exposent à des amendes de 100 $ à 1000 $, selon M. Poitras. 

« Pour un conducteur qui commettrait une action mettant en péril la vie et la sécurité des gens, comme une course sur la Grande Allée lorsqu’il y a des piétons, on parle de 1000 $ et de quatre points d’inaptitude », illustre-t-il. 

« Beaucoup de plaintes » 

Ce n’est pas la première fois que le SPVQ s’attaque à ce problème. Durant deux semaines en mai dernier, 6000 minutes y avaient été consacrées, se traduisant par l’émission de 56 constats d’infraction et de 77 avertissements, ainsi que la saisie de trois véhicules.  

Cependant, « les plaintes de citoyens ont continué », note M. Poitras, d’où ce nouveau blitz d’un soir. « Une chose qui est sûre et certaine, c’est qu’il va y avoir d’autres opérations dans le secteur. »  

M. Masse, pour sa part, salue l’initiative des policiers, puisqu’à son avis cela enverra le message que ces comportements incivils ne seront pas tolérés. 

« Les gens ont fait beaucoup de plaintes et ça a porté fruit. [...] On a une bonne collaboration avec les policiers. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.