/regional/sherbrooke/estrie

Un poste en télétravail pour s’occuper de sa conjointe

Mélanie Riel et Martin Paradis ont un casse-tête de moins sur les épaules depuis que l’homme s’est trouvé un emploi en télétravail qui lui permettra de s’occuper de sa conjointe.

Photo courtoisie

Mélanie Riel et Martin Paradis ont un casse-tête de moins sur les épaules depuis que l’homme s’est trouvé un emploi en télétravail qui lui permettra de s’occuper de sa conjointe.

Un homme de Granby a été soufflé par le pouvoir des médias sociaux et la bonté humaine alors qu’il cherchait un emploi en télétravail pour demeurer auprès de sa conjointe, malade. Partagée plus de 60 000 fois, sa publication Facebook l’a mené à une embauche.

L’histoire débute le 19 avril dernier lorsque Mélanie Riel, la conjointe de Martin Paradis, est victime d’un grave AVC. Des complications en raison d’une forte pression dans le crâne de la femme de 41 ans forcent même les médecins à la placer dans un coma, puis à l’opérer pour retirer un volet de la boîte crânienne.

« À deux reprises, ils m’ont demandé si on continuait ou si on la laissait aller », confie Martin Paradis. 

L’opération a finalement été un succès, mais il ne s’agissait que de la première étape du défi qui attend le couple, des parents de deux garçons âgés de 19 et 16 ans. 

La femme de 41 ans a dû subir une opération pour retirer un volet de la boîte crânienne en raison d’une trop forte pression.

Photo courtoisie

La femme de 41 ans a dû subir une opération pour retirer un volet de la boîte crânienne en raison d’une trop forte pression.

Publication virale

Cette nouvelle réalité plaçait les époux dans une situation complexe. Les deux commençaient de nouveaux emplois et n’avaient pas encore d’assurances. Et Martin Paradis, devenu proche aidant par la force des choses, a dû quitter son travail chez Intelcom. 

« Mon patron a tellement été compréhensif. Ils ont tout fait pour que ça fonctionne et je les remercie, mais ça ne pouvait juste pas marcher. Je devais trouver quelque chose de la maison », explique-t-il.

Mme Riel a dû réapprendre à marcher après son AVC du printemps dernier.

Photo courtoisie

Mme Riel a dû réapprendre à marcher après son AVC du printemps dernier.

C’est à ce moment-là, le 13 juillet dernier, qu’il lance une bouteille à la mer avec un message Facebook racontant sa recherche d’emploi particulière. Rapidement, sa publication est partagée et commence à faire du chemin, si bien que deux semaines plus tard, son message a été partagé plus de 62 000 fois, partout au Québec et même en Europe.

« J’ai eu des offres, oui, mais pas juste ça. J’ai aussi eu des messages d’encouragement, du soutien de gens qui ont vécu la même chose que nous. C’est indescriptible cet amour-là », lance le père de famille, qui précise avoir reçu une « bonne quinzaine » d’offres d’emploi en bonne et due forme.

« J’ai trouvé quelque chose, je dois commencer le 23 août prochain, ce qui est parfait parce que ça va nous donner le temps de nous ajuster avec la réadaptation de ma conjointe », se réjouit M. Paradis. Ce dernier préfère ne pas révéler l’employeur parce que son contrat d’embauche n’est toujours pas signé.

Câlin du monde entier

En songeant à ces dernières semaines un peu folles où s’est enchaîné un mélange d’émotions fortes, Martin Paradis se dit qu’il y a toujours quelques rayons de soleil qui parviennent à percer les nuages. Sa publication virale lui a rappelé que l’humain, malgré tout ce qu’on peut en penser, est foncièrement bon.

« Oui, on vit dans un monde qu’on croit souvent être très “me, myself and I” [centré sur lui-même], mais ces gens-là, des inconnus, m’ont prouvé le contraire », salue-t-il, ému par ce qu’il qualifie de « câlin du monde entier. »

Et tout ça, ce poids de moins sur les épaules, lui permet de se concentrer sur le plus important : la femme de sa vie. 

« C’est difficile parce que c’est beaucoup de deuils pour elle. Je dois comprendre du mieux que je peux ce qu’elle vit, mais je ne suis pas psychologue, ni physiothérapeute, je peux juste l’aimer comme je l’ai toujours fait », insiste, la gorge nouée, Martin Paradis. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.