/news/culture

«La belle tournée»: Laurence Jalbert, les pieds sur terre... en Gaspésie

«Quand tu es venue au monde devant l’immensité de la mer, tu n’es pas grand-chose devant l’univers», relativise la fougueuse chanteuse, qui a rapidement appris à modérer sa perception de la réussite devant la vastitude des panoramas qui l’ont vue pousser ses premières notes.

Vacances 

Laurence Jalbert a vu le jour à Rivière-au-Renard. Depuis environ deux ans, elle raconte ne plus se rendre aussi souvent que jadis dans son petit coin de paradis.

Mais celui-ci évoque encore des moments précieux à ses yeux. À preuve : à la fin août, c’est en Gaspésie que sa famille et elle iront passer une semaine de vacances dans un chalet loué.

«Les enfants ont besoin d’aller en Gaspésie. Ils aiment ça. Moi-même, chaque fois que j’y vais, je me répète : "Ne t’attache pas, Laurence! Il faut que tu t’en ailles!"», s’enflamme l’artiste, qui prévient quiconque s’aventurera dans son cocon :

«Le tour de la Gaspésie, ça ne se fait pas en trois jours!»

ART-BELLE-TOURNEE

Tournage magique 

Lundi, Laurence Jalbert sera justement de passage dans sa douce région de naissance, auprès de Jonathan Painchaud, Daniel Boucher, P-A Méthot et Marie-Pierre Arthur, dans l’émission de «La belle tournée» vouée à faire rayonner la Gaspésie et les Îles de la Madeleine, à TVA.

Un tournage tenu il y a quelques semaines, que Laurence dit avoir «a-do-ré», en appuyant vivement sur chaque syllabe, et qu’elle qualifie de magique, dans un coin de Percé qui l’a littéralement envoûtée. De faire l’aller-retour Montréal-Percé en une journée pour les besoins de sa participation l’a fatiguée, mais aussi comblée de bonheur. Elle y a interprété le classique «Mille après mille» et «Je pars à l’autre bout du monde», dont Paul Daraîche lui avait fait cadeau il y a une vingtaine d’années.

«L’après-midi, il faisait un beau 17, 18 degrés avec soleil. La température idéale! Le soir, il faisait 10 degrés avec le vent. Un vent à écorner les bœufs qui ont déjà perdu deux cornes! On a fini le tournage avec des couvertures, et d’autres couvertures! C’est ça, ma Gaspésie... »

ART-BELLE-TOURNEE

Racines 

Enfant, alors timide et complexée, Laurence Jalbert se levait tôt les matins d’été pour s’installer sur un banc de sable, voir la marée monter et sentir le vent se réveiller. En milieu d’avant-midi, elle se réfugiait dans la forêt derrière chez elle et s’inventait des mondes imaginaires. L’air salin de la Gaspésie lui a appris la confiance envers autrui... ce qui lui a parfois joué des tours. Ces images, ces souvenirs, ont façonné la personne qu’elle est aujourd’hui, dans toute son authenticité.

«Tu regardes le monde des Îles, de la Gaspésie, du Nouveau-Brunswick... : plus c’est loin, plus tes racines envers ton coin de pays sont profondes. Ça ne partira jamais de moi, ça. C’est mon discours, c’est mon regard sur la vie, c’est la mer qui frappe sur les rochers, c’est le vent qui se lève et retombe dans la même heure, c’est de constater à quel point on est petit devant l’immensité de l’océan. Quand on vient de ce type de région, ça marque nos vies. C’est notre culture culinaire, notre culture générale, notre façon de vivre, la nature qu’on a vue... Moi, c’est la Gaspésie, avec la montagne, la mer, les champs...»

«D’être native de là-bas a fait en sorte que, malgré tout ce qui m’est arrivé d’extraordinaire dans la vie, dans ma carrière, jamais la tête ne m’a enflé, souligne Laurence. Jamais. Je le sais, parce que mes enfants me l’auraient dit. J’ai les pieds complètement sur terre.»

«La belle tournée», lundi, à 21 h, à TVA. En rediffusion le dimanche 8 août, à 18 h, à Télé-Québec.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.