/finance/homepage

Couche-Tard glisse au classement de Fortune 500

La façade du siège social de la multinationale Couche-Tard, situé à Laval. L’entreprise québécoise se hisse au 191e rang du classement Fortune 500.

Photo Chantal Poirier

La façade du siège social de la multinationale Couche-Tard, situé à Laval. L’entreprise québécoise se hisse au 191e rang du classement Fortune 500.

Alimentation Couche-Tard figure à nouveau dans la liste de Fortune des 500 plus grandes sociétés de la planète. La chaîne de dépanneurs fondée par Alain Bouchard a toutefois glissé au classement en 2020.

L’entreprise lavalloise se classe au 191e rang, en perte de huit positions avec des revenus de 54 milliards $, en baisse de 8 % par rapport à 2019. 

Durant les premiers mois de la pandémie, la multinationale québécoise a subi l’impact négatif de la demande de carburant alors que l’achalandage est demeuré plus faible dans l’ensemble de son réseau en raison des restrictions sociales et du télétravail. 

Les résultats de l’entreprise ont aussi souffert du prix de vente moins élevé du carburant. Cela n’a pas empêché Couche-Tard de faire des acquisitions, notamment Convenience Retail Asia et ses 375 dépanneurs Circle K à Hong Kong et à Macao. 

L’entreprise avait aussi tenté de mettre la main sur le géant alimentaire Carrefour, avant que l’État français ne bloque la transaction. 

Dix entreprises canadiennes

Seulement 10 sociétés canadiennes figurent dans la prestigieuse liste de Fortune. La compagnie d’assurance Manuvie est celle qui se classe le mieux au pays et pointe à la 169e position. 

D’autres entreprises canadiennes s’y classent également, notamment le holding montréalais Power Corporation (228e), la Banque Royale (250e), George Weston (292e), la Banque TD (296e), le fabricant de pièces automobiles Magna International (372e) et la Banque de Montréal (472e). 

Sans surprise, c’est Walmart qui occupe le premier rang, et ce, pour la huitième année de suite, la 16e fois depuis 1995. 

La multinationale américaine a dégagé des revenus de 559 milliards $ l’an passé, en hausse de près de 7 %. 

Au deuxième rang, on retrouve la société chinoise State Grid, le plus grand distributeur d’électricité au monde, et en troisième position, l’entreprise de commerce en ligne Amazon. 

La société fondée par Jeff Bezos a profité de la pandémie et de la hausse des livraisons à domicile en enregistrant des revenus de 386 milliards $, en hausse de 37 %. 

Apple, la plus profitable

Aucune compagnie aérienne ne figure dans la liste, comme la pandémie a paralysé le trafic aérien durant plusieurs mois. 

Avec ses 57 milliards $ de profits, Apple est toutefois l’entreprise la plus rentable de la liste, mettant fin au règne de deux ans d’Aramco, la compagnie nationale de pétrole et de gaz de l’Arabie saoudite. 

La Chine continentale (y compris Hong Kong) est le pays qui compte de nouveau le plus grand nombre d’entreprises de la liste, soit 135, une hausse de 11 par rapport à l’an dernier. 

Les États-Unis ont inscrit une entreprise de plus pour atteindre 122, et le Japon reste stable à 53.

Globalement les sociétés du Fortune 500 ont dégagé le tiers du PIB mondial, même si leurs revenus ont reculé de 5 % l’an passé.

Dix entreprises canadiennes dans la liste de Fortune 500 (par revenus)   

169e Manuvie (58,8 G$)  

191e Alimentation Couche-Tard (54,1 G$)  

228e Power Corporation (48,1 G$)  

250e RBC (45,5 G$)  

292e George Weston (40,7 G$)  

296e Banque TD (39,8 G$)  

372e Magna International (32,6 G$)  

376e Banque de Nouvelle-Écosse (32,5 G$)  

418e Enbridge (29,1 G$)  

472e Banque de Montréal (25,6 G$)   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.