/news/politics

Fusillade mortelle: le gouvernement pressé d’en faire davantage pour sécuriser les Montréalais

Péquistes et libéraux demandent au gouvernement d’en faire davantage pour sécuriser les résidents du quartier Rivière-des-Prairies, où une fusillade mortelle est survenue lundi soir.  

• À lire aussi: Rivière-des-Prairies: une nouvelle fusillade fait trois morts

• À lire aussi: Fusillade dans Rivière-des-Prairies: «Assez c’est assez», dit le SPVM

• À lire aussi: «Montréal n’est pas sécuritaire», dit Denis Coderre

«Que des fusillades surviennent chez nous, c’est troublant et préoccupant. Mes condoléances aux proches des victimes», a réagi dans un tweet le premier ministre François Legault. 

Au lendemain du drame qui a fait trois morts et deux blessés, le premier ministre s’est engagé à « protéger les Montréalais et les Québécois ». 

Même chose pour la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault. 

«Les récents événements sont inquiétants. Nous avons investi des sommes importantes pour lutter contre la violence», a fait valoir la vice-première ministre, sur les réseaux sociaux.

Depuis l’arrivée de la CAQ au gouvernement, 65 M$ ont été investis dans la lutte contre la violence liée aux armes à feu et aux groupes criminels, a souligné son cabinet, en réponse à une demande d’entrevue. De cette somme, 5 millions $ ont été dirigés vers le SPVM. Une somme identique a également été confiée à L’équipe dédiée à la lutte contre le trafic d’armes (ELTA) du SPVM, créée en début d’année. 

Droit à la sécurité   

Pour le député libéral de LaFontaine Marc Tanguay, il faut regarder «au-delà des investissements». 

«Investir c'est un départ, mais je pense que ça prend davantage de concertation, entre les élus, les services policiers et les organismes communautaires», a souligné M. Tanguay, qui représente les électeurs de Rivière-des-Prairies. 

«Hier soir, je me suis dit : "ah non, pas encore une fois "», a-t-il raconté. 

«Les citoyens ont le droit à la sécurité», a rappelé l’élu libéral, qui juge la situation «inacceptable» et «intolérable». 

«Il faut débarrasser nos quartiers de cette violence», insiste-t-il.

Message clair   

De son côté, le porte-parole péquiste en matière de sécurité publique, Martin Ouellet, s’est dit «abasourdi par le degré de violence» de cette fusillade. 

Il craint que l’augmentation du nombre d’incidents violents observée à Montréal marque le début d’une «nouvelle guerre de gangs» et demande un rehaussement de la présence policière. 

«Je pense qu'il faut en faire davantage. Il faut envoyer un message clair à la population, que la police aura des moyens supplémentaires pour lutter contre le crime organisé», réclame M. Ouellet. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.