/news/coronavirus

La hausse des cas pourrait s’accélérer

Coronavirus Covid-19 background - 3d rendering

Photo Adobe stock

Les nouveaux cas de COVID-19 ont doublé en une semaine au Québec et continueront d’augmenter, selon des experts qui anticipent l’arrivée d’une quatrième vague à l’approche de la rentrée scolaire.

« S’il n’y a pas de changement dans les comportements des gens et qu’ils ne viennent pas se faire vacciner, il n’y a pas de raison que le nombre de cas baisse, a analysé le Dr Gaston De Serres, médecin-épidémiologiste à l’Institut national de santé publique du Québec. Au contraire, ça va continuer à monter et même s’accélérer. »

Lundi, le Québec a enregistré 154 cas de coronavirus au cours des 24 heures précédentes. C’est plus de deux fois plus qu’il y a une semaine.

L’automne, la rentrée scolaire et la progression du contagieux variant Delta créeront des conditions propices à la transmission du virus, selon le Dr De Serres, et ce bien que 68 % des Québécois de 12 ans et plus aient reçu leurs deux doses de vaccin.

« C’est inquiétant parce que le nombre de cas qu’on détecte aujourd’hui est plus élevé que l’an passé à pareille date, a observé l’épidémiologiste Nimâ Machouf. Par contre, on a deux fois moins d’hospitalisations. »

La santé publique du Canada avait noté samedi une augmentation des cas partout au pays et prévoyait un scénario de quatrième vague avec plus de 10 000 cas quotidiens en septembre.

« Il y a quand même un taux important de gens vaccinés, mais on fait face à un variant qui est plus transmissible et qui occasionne des symptômes graves en plus grande proportion, a expliqué le virologue Benoit Barbeau. C’est à ce jeu de balance auquel on joue en ce moment. On ne sait pas à quel point ça pourrait exploser. »

Pas assez de vaccinés 

« Actuellement, ce qui va très bien, c’est la proportion de gens qui reçoivent leur deuxième dose, a souligné Dr De Serres. Ce qui n’avance pas rondement, c’est ceux qui viennent pour leur première dose. »

« Vous avez 15 % de la population qui sont dans une zone grise [d’hésitation à se faire vacciner], a dit Karl Weiss, microbiologiste et spécialiste en maladies infectieuses à l’Hôpital général juif à Montréal. La zone de bataille, ça va être ce 15 %. »

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.