/regional/troisrivieres/mauricie

Elle se fait refuser sa deuxième dose de vaccin

Un mois et demi après s’être fait refuser sa deuxième dose de vaccin contre la COVID-19 à la Bâtisse industrielle de Trois-Rivières, en Mauricie, une dame attend toujours un rendez-vous auprès du CIUSSS-MQC.

• À lire aussi: COVID-19 en Mauricie: le ministre Boulet évoque le passeport vaccinal

• À lire aussi: COVID-19: une situation épidémiologique préoccupante en Mauricie

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

Germaine Keigle est épileptique. Lors de sa première dose, le 14 avril, elle a fait des convulsions moins d’une minute après l’injection du vaccin selon son mari, Jocelyn Bineau. Les ambulanciers ont été contactés, mais la panique totale s’est installée au site vaccination, a raconté M. Bineau.

Il explique qu’une ambulance a transporté son épouse vers l’hôpital une vingtaine de minutes plus tard, ce qui aurait fait angoisser les infirmières sur place. À son réveil, Mme Keigle se serait fait dire que sa crise d’épilepsie n’était pas en lien avec le vaccin.

Le couple a alors devancé le rendez-vous pour sa deuxième dose, le 14 juin. Arrivée à la station de vaccination, une infirmière aurait tout de suite refusé l’administration du vaccin.

«Ils ont reconnu mon épouse et ils ont dit “non non, vous on ne vous donne pas ça ici. On va s’arranger pour que vous ayez ça à l’hôpital, dans un endroit sécuritaire”», a expliqué Jocelyn Bineau à TVA Nouvelles.

Selon Germaine Keigle, le personnel aurait eu trop peur de sa réaction la première fois. Depuis lors, le couple n’a pas été en mesure de planifier la deuxième dose de l’épouse, qui s’est dirigée vers le CIUSSS de sa région.

«Tout le monde se relance la balle. J’ai plein de noms d’infirmières qui m’appellent, qui me transfèrent au CIUSSS. Le CIUSSS me rappelle et me transfère aux infirmières, et là ça ne bouge pas», a déploré M. Bineau.

L’hôpital aurait expliqué au couple que le transport de doses de Pfizer (vaccin que doit recevoir Mme Keigle) est très difficile. Le CIUSSS confirme qu’une fiole de Pfizer contient six doses, qui doivent toutes être administrées dans un court délai.

«Je leur ai même dit en farce: je vais en prendre une, je vais amener mes voisins. À quatre voisins ont va être cinq, avec ma femme ça va être six et si on gagne on va se partager le million», a mentionné l’homme.

Malgré la mauvaise expérience du 14 avril, Mme Keigle est impatiente d’être pleinement vaccinée. «Je la veux ma deuxième dose ! C’est sûr sûr sûr ! C’est sûr que je vais être nerveuse, mais je la veux pareil parce qu’il faut l’avoir pour que ça arrête», a-t-elle dit.

Le couple est inquiet puisque les cas de COVID-19 semblent revenir à la hausse en Mauricie ces derniers temps. La dame veut être en mesure sortir de chez elle sans avoir peur de tomber malade.

De son côté, le CIUSSS MCQ affirme que le dossier est en évaluation et que le couple devrait être contacté prochainement avec les directives à suivre.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.