/news/world

Explosion à Beyrouth: les Libanais ont besoin d'aide, dit une résidente sur place

L’onde de choc se fait encore ressentir au Liban, même un an après l’explosion du port de sa capitale, Beyrouth, qui a depuis poussé le peuple libanais dans une noirceur économique et sociale.

• À lire aussi: Un an après l'explosion à Beyrouth, l'enquête freinée par des interventions politiques

• À lire aussi: Rage et douleur pour le 1er anniversaire de l'explosion à Beyrouth

• À lire aussi: Heurts entre policiers et manifestants à Beyrouth

«La justice manque toujours. Le peuple libanais est opprimé et a besoin d’aide», a confié Rana Aboumrad, nutritionniste et résidente de Beyrouth au micro de Vincent Dessureault sur QUB radio, mercredi.

Toujours sans électricité, les gens payent des fortunes en génératrice, a expliqué Mme Aboumrad. «Ceux qui n’en ont pas ne peuvent pas conserver de nourriture ou brancher leur machine à oxygène pour survivre», a-t-elle indiqué.

«Les hôpitaux sont en pénurie de leurs matières premières, ce qui a amené des mortalités pour des raisons banales. Il y a une absence totale de médicament et le niveau d’éducation recule», tout comme le niveau de vie, a expliqué la résidente de Beyrouth.

«Le bâtonnier [de l’ordre] des avocats cherche à démontrer la vérité dans le crime du port, mais il est combattu par ceux qui n’ont aucun intérêt à ce que la vérité soit entendue et personne ne peut dire non à ceux qui ont des armes et du pouvoir», a confié Mme Aboumrad.

Avec la menace terroriste qui plombe toujours sur le pays et la corruption des gouvernements, «les Libanais vivent toujours dans la terreur», a-t-elle ajouté.

La dame a notamment demandé qu’une investigation soit menée par des enquêteurs internationaux, indépendants du Liban, pour révéler la vérité sur l’explosion du port et ramener un semblant de normalité. «Nous sommes toujours dans un cercle vicieux», a-t-elle dit.

«Nous voulons la paix, la sécurité et les exigences évidentes de la vie comme l’électricité, l’eau et les médicaments, l’éducation, l’essence et notre dignité», a ajouté la résidente de Beyrouth.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.