/news/culture

«L’escadron suicide: la mission» en avant-première à Fantasia

C’est dans le cadre du Festival international de films Fantasia de Montréal que sera projeté, mercredi soir, «L’escadron suicide: la mission» en avant-première au Cinéma Impérial.

• À lire aussi: Margot Robbie abandonne Harley Quinn (jusqu'à nouvel ordre)

Le long métrage sera diffusé en version originale anglaise («The Suicide Squad») la veille du coup d’envoi officiel de la 25e édition de Fantasia, dans le cadre d’une soirée spéciale à guichets fermés.

Véritable film événement, l'oeuvre a été réalisée par James Gunn, qui entretient des liens spéciaux avec la manifestation culturelle montréalaise depuis sa première visite en 1997. Le cinéaste a notamment présenté «Les gardiens de la galaxie» en 2014.

«L’escadron suicide: la mission» met en scène les méchants de l’univers des «comics» de DC, Harley Quinn (Margot Robbie) en tête. Autour de l’ancienne compagne du Joker, on trouve des personnages aussi variés, déjantés et dangereux que Amanda Waller (Viola Davis), Rick Flag (Joel Kinnaman), Bloodsport (Idris Elba), Peacemaker (John Cena), Ratcatcher 2 (Daniela Melchior), Savant (Michael Rooker), TDK (Nathan Fillion), King Shark (voix de Sylvester Stallone) et bien d’autres.

Ce groupe hétéroclite et particulièrement meurtrier doit investir l’île de Corto Maltese afin de mettre fin – par la force, évidemment – à un projet secret de l’armée impliquant une étoile de mer géante et extraterrestre baptisée Starro.

Résolument destiné à un public adulte, amateur de violence et d’humour irrévérencieux, le film de James Gunn est une relecture – et non une nouvelle version ni même une suite – du premier opus sorti en 2016.

«Mon inclination naturelle me pousse à travailler avec de multiples acteurs en même temps. Je m’assure de construire, au scénario, des moments particuliers pour chacun des personnages, même ceux qui n’ont pas une longue présence à l’écran», a détaillé le réalisateur lors d’entrevues auxquelles l’Agence QMI a participé.

«Chaque personnage a une raison d’être là, sinon, je ne l’aurais pas inclus dans le film. Quant aux personnages qui "durent" plus longtemps, il faut qu’ils aient leur propre cheminement, que l’on voie ce qu’ils apprennent ou ce qu’ils n’apprennent pas. Ce que je préfère de cette façon de raconter une histoire? Tomber amoureux de chaque personnage, d’une manière totalement différente pour chacun d’entre eux.»

Parmi les nouveaux venus dans cet univers particulier, il y a l’acteur britannique Idris Elba. «Je voulais vraiment suivre la vision de James qui était de subvertir le machisme typique [de ce genre de films]. James m’a indiqué qu’il voulait montrer les défauts et les peurs du personnage. Pour moi, c’était la clé qui me permettait de faire d’un méchant un être humain», a-t-il dit.

«J’ai vu le film sur grand écran. S’il y a bien un long métrage à voir au cinéma, c’est celui-là. C’est énorme, fou, drôle, amusant, émotionnellement satisfaisant. On y rit, on y pleure», a pour sa part indiqué Margot Robbie, qui reprend son rôle de Harley Quinn pour la troisième fois.

Le Festival international de films Fantasia de Montréal débute jeudi avec «Brain Freeze», long métrage de Julien Knafo mettant en vedette Iani Bédard, Roy Dupuis et Marianne Fortier, et se termine le 25 août avec la projection de «The Great Yokai War – Guardians» de Takashi Miike.

«L’escadron suicide: la mission» prend l’affiche dans les cinémas de la province dès vendredi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.