/regional/estduquebec/cotenord

Couverture cellulaire: la Minganie dénonce la «lenteur» du CRTC

La MRC de Minganie attend toujours que le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications du Canada (CRTC) sélectionne les entreprises prêtes à offrir la couverture cellulaire, près de 10 mois après que le projet a été annoncé.

À bien des endroits, dans la municipalité de Minganie, sur la Côte-Nord, aucune couverture cellulaire n’est disponible. Un problème qui a une incidence sur la sécurité des gens et l’économie de la région, a indiqué Luc Noël, préfet de la MRC de Minganie, à TVA Nouvelles, jeudi.

Au printemps 2020, Ottawa a annoncé le Fonds pour la large bande, pour combler le fossé numérique au Canada et qui devait permettre aux citoyens d’avoir une couverture cellulaire, de pouvoir se connecter à l’aide de la LTE, et d’avoir une connexion Internet offrant des vitesses de connexion à large bande d’au moins 50 Mb/s. La région n’a cependant toujours pas la couverture totale dont elle devait bénéficier.

«Deux entreprises sont venues nous interpeller pour nous offrir des services. Donc à partir de là on a commencé à négocier avec eux. [Les entreprises] nous ont proposé des projets qu’on a appuyés et qu’elles ont déposés pour avril 2020», a expliqué, M. Noël.

Les entreprises avaient jusqu’au 30 avril 2020 pour faire des soumissions au fonds du CRTC. La réponse pour le financement de l’organisme fédéral devait venir en octobre 2020, puis a été repoussée au milieu de l’année 2021.

«On a passé une résolution pour mettre un peu de pression sur le CRTC, mais on n’a pas de réponse, pas d’accusé de réception, rien du tout. Il y a une opacité au niveau du CRTC, on n’est pas capable de voir ce qui bogue», a lancé M. Noël.

«Il y a plein de beaux projets qui se concrétisent en Basse-Côte-Nord, en Minganie, on voit avec Havre-St-Pierre pour le réseau Internet pur fibre. Il y a des choses qui se font présentement. Reste que les télécommunicateurs, par exemple, depuis plus d’un an, on attend les réponses du CRTC pour la Minganie. C’est très très long», a commenté la députée fédérale de Manicouagan, Marilène Gill.

Le CRTC s’est pour sa part défendu de s’attendre à ce que «les services d’accès Internet à large bande fixes soient disponibles pour 90 % des ménages et entreprises du Canada d’ici la fin de 2021, et aux 100 % dès que possible», a fait savoir l’organisme à TVA Nouvelles, jeudi.

D’autres annonces continueront d’être faites au fur et à mesure que les décisions de financement seront prises, ont ajouté le CRTC dans un courriel envoyé à TVA Nouvelles.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.