/finance/homepage

Pénurie de personnel: «C’est vraiment un casse-tête»

Les dirigeants d’entreprise font face non seulement à une pénurie de main-d’œuvre, mais aussi à une rupture de stock de plusieurs biens, rendant difficile la pleine reprise économique.

• À lire aussi: Plus de 128 000 Québécois encore sur l’aide d’urgence

• À lire aussi: Les prestations liées à la COVID-19 prolongées jusqu’en octobre

«C’est vraiment une problématique présente chez les dirigeants d’entreprise, qui en plus cherchent des employés et ne les trouvent pas», explique François Vincent, vice-président de la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI).

Selon lui, le manque de personnel est «l’enjeu numéro un pour les PME.»

M. Vincent affirme que 67 % des PME sont confrontés à la pénurie de main-d’œuvre, et que 26 % d’entre eux doivent refuser des ventes, car ils ne sont pas capables de répondre à la demande. 

«C’est vraiment un casse-tête pour les dirigeants d’entreprise», croit François Vincent. 

«Vraiment, ça ralentit la croissance économique», affirme le spécialiste. 

Frein à l’embauche? 

Près de 129 000 Québécois profitent toujours de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE), qui vient tout juste d’être prolongée à nouveau. 

Pour François Vincent, cette mesure agit comme un frein à la reprise économique. 

«Notamment pour les restaurateurs et les petits commerces de détail», précise-t-il. 

François Vincent ajoute toutefois que la FCEI discute actuellement avec la ministre de l’Emploi, Carla Qualtrough, et son équipe, pour s’assurer que les programmes du gouvernement fédéral n’entrent pas en compétition avec le marché du travail. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.