/finance/homepage

Les Américains de retour chez nous

Les Américains doublement vaccinés avec un test négatif en mains ont commencé hier à franchir à nouveau les frontières au compte-gouttes pour venir dépenser leur argent ici, après quasiment 17 mois de fermeture.

« On se sent fantastique ! Ça fait un an que je dis à ma conjointe qu’elle doit venir à Montréal », a partagé Albert Melamed, consultant en productions cinématographiques d’Atlanta, au volant de sa Mercedes, hier, à Lacolle.

• À lire aussi: Le secteur hôtelier espère faire le plein de touristes

• À lire aussi: Ouverture de la frontière: des Américains forcés de rebrousser chemin

• À lire aussi: Cohue à l’aéroport de Montréal

« C’est très efficace. Ils savent par le passeport que nous avons eu la double vaccination. Il fallait montrer une preuve de test négatif », a-t-il poursuivi.

À ses côtés, sa conjointe savourait l’arrivée des vacances « Faites in Québec ».

« On est vraiment très excités. On va passer quelques semaines ici », a souligné Namrata Shah, comptable de production pour des studios d’animation, qui habite New York.

Selon Tourisme Montréal, les touristes américains sont une véritable manne.

« Les Américains dépensent en moyenne 167 $ par jour quand ils viennent. C’est un touriste très prisé. Ils sont ici pour fêter et dépenser, et ils reviennent souvent », explique sa vice-présidente Développement de la destination et Affaires publiques, Manuela Goya.

« Plus de 60 % viennent en voiture et 40 % en avion », a-t-elle ajouté.

Procédure bien rodée  

La procédure à la frontière était déjà bien rodée.

Photo Martin Alarie

La procédure à la frontière était déjà bien rodée.

Hier, aux frontières de Lacolle, les Américains interrogés par Le Journal n’avaient que de bons mots pour la procédure à suivre aux douanes canadiennes, à l’exception de quelques cas isolés. 

La plupart des visiteurs avaient téléversé à l’avance leur preuve de double vaccination et leur test négatif de COVID-19 et avaient des copies papier de leurs documents au cas où l’agent des douanes en ferait la demande.

Un père de famille originaire de la Californie avait hâte de retrouver sa fille.

Entrevue avec Eve Paré, Présidente-directrice générale de l’Association des Hôtels du Grand Montréal AHGM

Une famille en visite filait vers la métropole pour voir de la parenté.

Mais pour une dame âgée de 88 ans du Vermont, le voyage s’est transformé en véritable cauchemar après avoir été forcée de faire demi-tour parce qu’elle n’avait pas son test négatif en mains.

« Personne ne m’a dit qu’il fallait que j’aie entre mes mains une preuve de test », a-t-elle déploré, les yeux mouillés, en refusant d’être identifiée.

Hier, l’Agence des services frontaliers du Canada (ASFC) s’est dite consciente que le fait de devoir utiliser un appareil intelligent ou un ordinateur peut être plus difficile pour certaines personnes âgées.

« Personnellement, j’aiderais ma grand-mère de 88 ans pour l’aider à remplir ces informations-là pour être sûre qu’elle soit prête à se présenter à la frontière », a souligné sa porte-parole, Marie-Ève Letellier.

Faire ses devoirs  

Au Journal, l’Agence des services frontaliers du Canada a indiqué que son vice-président avait fait un briefing technique aux médias américains récemment pour que l’information circule aux États-Unis.

« En contexte de pandémie, on ne peut pas se réveiller un matin et aller se dire que l’on va traverser la frontière, a résumé Marie-Ève Letellier. Les gens ont besoin de faire leurs devoirs avant. ».

À la mi-juillet, Ottawa a annoncé que les voyageurs vaccinés du monde entier pourront entrer au pays à partir du 7 septembre si la situation épidémiologique « reste favorable ».

Pour l’instant, les Canadiens ne sont pas autorisés à passer la frontière pour des voyages non essentiels.

– Avec l’AFP

  

  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.