/news/coronavirus

Legault s’oppose à un débat sur le passeport vaccinal

François Legault n’a aucune intention de faire un débat public sur le bienfondé du passeport vaccinal et craint les dérapages d’une joute à l’Assemblée nationale sur ce sujet.

• À lire aussi: Le passeport vaccinal exigé au secondaire pour les activités parascolaires à haut risque

• À lire aussi: EN DIRECT | Les derniers développements sur le coronavirus

« On peut débattre de pleins d’autres sujets, mais concernant la vaccination, le passeport vaccinal, j’espère que tous les partis politiques vont se rallier pour dire c’est une bonne idée », a lancé M. Legault lors d’une mêlée de presse en marge d’un rare bain de foule au marché public de Sainte-Foy, à Québec. « Je ne vois pas l’intérêt d’avoir un débat entre ceux qui sont pour et contre dans une commission parlementaire », a-t-il dit.

Il croit même qu’un débat à l’Assemblée nationale pourrait « donner à des opposants une tribune qui pourrait influencer la population en utilisant des arguments non fondés ». La Coalition avenir Québec est majoritaire, et contrôle donc la liste des personnes qui peuvent venir témoigner en personne.

Un débat en France  

La France, pourtant, a mené un important débat politique, et c’est une loi votée par les élus qui a permis l’imposition d’un passeport sanitaire. Mais M. Legault se « sent légitime » de mettre en place ce passeport, car il « sent qu’on a l’appui de la population ».

Mais M. Legault s’inquiète des opposants aux mesures sanitaires. Un militant a ainsi perturbé le point de presse du ministre de la Santé Christian Dubé mardi. « Je n’étais pas content qu’un manifestant ait réussi à déjouer la sécurité », a laissé tomber le premier ministre. Il en profitera pour « renforcer [la sécurité] pour éviter que ce genre d’évènements se reproduise ».

Quant à la ventilation dans les écoles, un sujet chaud qui a valu beaucoup de critiques des partis d’opposition, M. Legault estime qu’il n’y a « pas de risque pour nos enfants », même s’ils n’auront pas à porter de masque en classe à la rentrée. « Le Québec doit être un des seuls endroits au monde où on parle de ce sujet-là, et pourtant il n’y a pas plus de problèmes dans l’air de nos classes qu’ailleurs dans le monde. Je pense que l’opposition en a fait un débat exagéré », a-t-il dit.

La quatrième vague: «celle des non-vaccinés»  

Lors du même point de presse, le premier ministre a également confirmé que la province connaîtrait une quatrième vague de COVID-19. 

«Il y aura malheureusement une quatrième vague qu’on voit déjà. Ce sera la vague des non-vaccinés», a-t-il admis. 

Satisfait du taux de 84% de personnes vaccinées une première fois, le premier ministre invite tout de même les Québécois qui n’ont pas encore été inoculés ou qui n’ont pas reçu leur deuxième dose à se faire vacciner. 

«Plus il y aura de gens vaccinés, plus on pourra se rapprocher du moment où on pourra enlever le masque partout», a-t-il prévenu. 

M. Legault a dit espérer que Santé Canada autorise bientôt la vaccination des 12 ans et moins, ce qui permettra d’augmenter le taux de vaccination et de protéger les enfants à l’école. 

Plus tôt dans la journée, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a présenté le plan du gouvernement pour la rentrée scolaire. 

En raison de la hausse du nombre de cas observée dans les derniers jours, il a notamment annoncé que le masque médical sera obligatoire dans les aires communes des écoles, mais les élèves pourront l’enlever une fois dans la classe.

Ventilation des classes  

M. Roberge a aussi abordé la question de la qualité de l’air dans les écoles, assurant que sa promesse de doter toutes les classes d’un détecteur de CO2 serait respectée. 

Il a cependant précisé que cette opération ne serait pas complétée avant la fin du mois de décembre. 

Le premier ministre a également commenté le dossier des détecteurs de CO2 en soutenant que «l’opposition en a fait un débat exagéré». 

À l’instar de son ministre de l’Éducation, François Legault assure lui aussi que toutes les classes seront équipées de lecteurs de CO2. 

«On a une promesse qu’on va mettre des détecteurs cet automne, ce sera fait comme promis», a-t-il martelé.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.