/news/politics

Un programme pour favoriser l'inclusion de personnes handicapées en milieu de travail

Le Conseil du Patronat du Québec (CPQ) tente de trouver des solutions à la pénurie de main-d’œuvre qui touche durement les employeurs, et une des pistes de solution proposées, c’est de favoriser l’inclusion en entreprise de personnes ayant un handicap.

• À lire aussi: Jeux vidéo et effets visuels: une mission pour recruter des travailleurs étrangers à Montréal

• À lire aussi: Des travailleurs se disent boudés

Le programme DuoEmploi, du CPQ, offre des stages aux personnes en situation de handicap pour ensuite les intégrer dans un emploi. 

Mercredi midi, 40 entreprises avaient manifesté leur intérêt à participer. Le Conseil du patronat du Québec aimerait en avoir 250 ou plus.

«C’est quand même un objectif qui est ambitieux, c’est 250 stages répartis à travers toutes les régions du Québec, où nous aurons l’occasion de faire participer des gens en situation de handicap dans le monde du travail et de permettre aux employeurs d’avoir accès à cette main-d’œuvre qui est très qualifiée, qui est souvent accessible, et surtout dans un contexte de la pénurie de main-d’œuvre», dit Karl Blackburn, président du Conseil du patronat du Québec. 

Des entreprises ont déjà décidé d’embarquer dans le mouvement, dont l'entreprise Sodexo. Cette dernière est habituée d’accommoder des personnes en situation de handicap, parce qu’elle en a plusieurs à son emploi. 

Elle ne comprend pas que plusieurs employeurs sont réticents à faire l’embauche de personnes en situation de handicap, parce que selon cette entreprise, ce sont des employés qui sont très ponctuels et travaillants. 

Le patron de Sodexo a d'ailleurs amené avec lui Myriam Bouhlal qui travaille depuis près de 10 ans en cuisine lorsqu'il a changé de cuisine. Elle est atteinte du trouble du spectre de l'autisme.

«C'était vraiment gentil qu'on me la redonne parce que... Je ne sais pas. Il manquait quelque chose», mentionne Patrick Gauthier, chef gestionnaire chez Sodexo.

Ça n'a toutefois pas été facile d'obtenir sa première chance.

«J'ai fait beaucoup d'entrevues. J'ai de la misère à communiquer, mais encore plus quand je dois parler avec des inconnus et vendre mes qualités. C'est quelque chose», explique Myriam Bouhlal. 

Le programme DuoEmploi est financé en partie par le ministère du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale.

«Il y a une place dans les entreprises pour des personnes en situation de handicap. Il faut juste enlever les situations de biais inconscient qu'on a face à cette clientèle-là», souligne Jocelyne Labelle, spécialiste en stratégie d'emploi chez Roseph.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.