/finance/stockx

Le Dow Jones et le S&P 500 clôturent encore sur des records

L'indice Dow Jones et le S&P 500 ont conclu sur de nouveaux records mercredi, après ceux enregistrés la veille, portés par le ralentissement de l'inflation américaine en juillet, même si elle reste soutenue.

Le Nasdaq a lui fini de nouveau en baisse.

Selon des chiffres définitifs, l'indice Dow Jones a clôturé en hausse de 0,62% à 35 484,97 points, un nouveau record après celui de mardi.

L'indice élargi S&P 500 a avancé de 0,25% à 4447,70 points, un nouveau sommet également. 

Le Nasdaq, à forte coloration technologique et plus sensible à l'inflation et aux perspectives de hausse des taux, est demeuré en repli pour la deuxième séance d'affilée, terminant à 14 765,13 points (-0,16%).

Le département américain du Travail a annoncé pour juillet une inflation de 0,5% aux Etats-Unis, moins qu'en juin (+0,9%) et conforme aux prévisions. Son rythme est stable sur un an à 5,4%, selon l'indice CPI.

«Les prix à la consommation ont augmenté à un rythme plus lent mais la hausse reste élevée», ont résumé les analystes de Wells Fargo.

«Le marché boursier est un peu rassuré à l'idée que les pressions inflationnistes pourraient ne pas être aussi prononcées au cours des prochains mois», a indiqué pour sa part Patrick O'Hare de Briefing.com. «Cela va alimenter le narratif selon lequel le +pic d'inflation+ est derrière nous», a-t-il ajouté.

La veille, le Dow Jones et le S&P 500 avaient déjà terminé sur des records, leurs deuxièmes en deux semaines, saluant le passage au Sénat du plan massif de rénovation des infrastructures de Joe Biden. 

«Les valeurs cycliques ou de l'économie traditionnelle ont enregistré des gains, l'incertitude persistante liée au variant Delta étant contrée par les progrès au Sénat du programmes de dépenses d'instrastructures», ont relevé les analystes de Schwab.

Ce plan d'investissements de 1200 milliards de dollars sur huit ans, qui iront notamment aux transports et dans le haut débit, constitue un nouveau stimulus pour l'économie. Le texte doit encore recevoir l'aval de la Chambre des Représentants.

Tous les secteurs du S&P 500, sauf celui des produits de santé (-0,94%), ont conclu en territoire positif, à commencer par les matériaux (+1,42%), les valeurs industrielles (+1,30%) et financières (+1,17%).

Les rendements sur les bons du Trésor à 10 ans n'ont pas montré de signe de tension après que l'inflation est ressortie comme prévu. Ils s'inscrivaient à 1,32% au lieu de 1,34% la veille.

Le dollar, qui mardi était au plus haut en quatre mois face à l'euro et aux autres grandes monnaies, a même cédé du terrain, rassuré par l'évolution des prix à la consommation.

Parmi les valeurs, le géant des engins de chantiers Caterpillar a gagné 3,53% profitant de l'élan donné par le feu vert du Sénat au plan d'infrastrutures.

L'action du laboratoire Moderna, fabricant d'un vaccin anti-COVID 19, très volatile ces dernières séances après avoir atteint un record lundi, chutait de 15,64% à 385,33 dollars. Son rival Pfizer a lâché 3,90% à 46,31 dollars.

Hormis Apple (+0,18%), la plupart des grands noms de la tech s'affichaient en recul, dont Facebook (-0,32%), Amazon (-0,86%) et Google (-0,29%).

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.