/regional/sherbrooke/estrie

Estrie: les pêcheurs sportifs en croisade pour un accès aux plans d'eau

L'Association des pêcheurs sportifs du Québec poursuit sa bataille pour l’obtention d’un accès universel aux plans d'eau et déplore les tactiques des municipalités pour dissuader les non-riverains de se rendre sur les lacs, notamment en exigeant des prix exorbitants pour les mises à l’eau.

Au lac Boissonneault, dans la municipalité de Saint-Claude, en Estrie, les stationnements sont interdits partout autour des rampes de mise à l’eau. Une situation qui dérange.

Une des deux descentes de bateaux de ce lac appartient à l'Association des pêcheurs sportifs du Québec, un don de la famille Hamel. «Nous ce qu’on voulait c’est que ça reste accessible au public, parce que le lac appartient à tout le monde, pas seulement à ceux qui ont les moyens d’avoir un terrain sur le lac», a indiqué Jacques Hamel.

En plus de l’interdiction de se stationner dans la rue, un nouveau règlement municipal interdit aux usagers de se stationner sur les terrains vacants, comme sur celui de Jacques Hamel qui n'avait aucune objection à ce que les gens laissent leur voiture chez lui. «J’ai reçu un avertissement indiquant que j’étais passible d’une amende de 750 $. Je trouve ça déplorable», a-t-il dit à TVA Nouvelles, jeudi.

Le président de l’Association des pêcheurs sportifs du Québec, Stéphan Bourgeois, a de son côté dénoncé le comportement de la municipalité. «C’est une privatisation déguisée. Parce qu’à part ceux qui peuvent se rendre ici à pied, personne ne peut utiliser la rampe de mise à l’eau parce qu’il n’y a nulle part où stationner», a ajouté M. Bourgeois.

Le maire de Saint-Claude, Hervé Provencher, se défend de vouloir restreindre l'accès au lac. «Les pêcheurs sont les bienvenus. Un achalandage plus élevé dernièrement a rendu la situation dangereuse, notamment pour la circulation des véhicules d’urgence alors c’est pourquoi nous avons renforci l’interdiction de stationnement dans la rue. Et on ne peut pas laisser un terrain vacant servir de stationnement public alors que c’est zoné résidentiel, ça n’a pas de logique», a fait savoir M. Provencher.

En guise de moyen de pression pour faire reculer la municipalité sur cette mesure, l'Association des pêcheurs bloque sa descente. «Si du stationnement est permis dans le secteur, nous allons retirer notre chaine et redonner l’accès à tous», a assuré Stéphan Bourgeois.

«Les rues sont trop étroites. Il reste le terrain de M. Hamel. S’il souhaite en faire un stationnement public, qu’il en fasse la demande et nous on fera ce qu’il faut faire pour amener le dossier à la MRC et si c’est accepté ça deviendra un stationnement public. Mais il doit en faire la demande pour qu’on procède à un changement de zonage», a avancé M. Provencher.

Actuellement, il ne reste qu’une descente de bateau utilisable au lac Boissonneaut, celle du Camping des baies. Les plaisanciers peuvent mettre leur bateau à l’eau entre 9 heures et 17 heures au coût de 20 $ par jour.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.