/news/coronavirus

Le passeport vaccinal est «totalement sécuritaire», soutient Legault

Passeport vaccinal

Capture d'écran

François Legault se porte de nouveau à la défense du passeport vaccinal. Devant les craintes de fraude et les inquiétudes des partis d’opposition, le premier ministre a réitéré jeudi que la mesure était «totalement sécuritaire».

• À lire aussi: Passeport vaccinal: un retour à la normale souhaité pour les festivals et spectacles

• À lire aussi: Le passeport vaccinal, oui je le veux!

• À lire aussi: De faux passeports vaccinaux à vendre pour 500$

L’élu réagissait notamment aux révélations du Journal, selon lesquelles des fraudeurs ont déjà investi le Web afin de vendre de faux passeports. «Le passeport et le code QR sont totalement sécuritaires. Il n’y a pas à s’inquiéter de ce côté-là», a-t-il signifié.

Voilà deux jours que le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a officialisé le lancement du passeport, qui arrivera début septembre. Il prendra la forme d’un code électronique, que les employés d’un établissement pourront scanner à l’aide d’une application.

Les restaurants, les bars, les gyms et les festivals devront utiliser le passeport. Aucune date de mise à l’arrêt de la mesure n’a été établie.

«N’importe quoi»

Or, le malaise plane chez certains partis d’opposition à l’Assemblée nationale, qui ont exigé dans les dernières heures qu’un débat se tienne au parlement sur la sécurité et la validité d’un tel passeport.

En mêlée de presse mercredi, le premier ministre avait avancé que des échanges en commission parlementaire pourraient «donner une tribune à des opposants qui pourraient influencer la population en utilisant des arguments non fondés».

«François Legault dit n’importe quoi», a répliqué le co-porte-parole de Québec solidaire (QS), Gabriel Nadeau-Dubois, jeudi.

«Il est député depuis des décennies, il sait très bien que c'est lui qui a le dernier mot sur qui vient témoigner à l'Assemblée nationale. On veut entendre des scientifiques et des experts. Est-ce que c'est ça qui lui fait peur?», a-t-il ajouté dans un communiqué de presse diffusé en milieu d’après-midi.

Tout comme QS, le Parti libéral, le Parti québécois et le Parti conservateur du Québec ont tous demandé une rétractation du premier ministre, jeudi. Le passeport doit faire l’objet d’un débat démocratique, ont-ils martelé.

«N’en déplaise à M. Legault. Je sais qu’il est habitué de gérer par décret – on est rendu à peu près à 60 décrets –, mais ici, au Québec, nous sommes dans une démocratie, et oui, il faut débattre.» - Marwah Rizqy, député libérale de Saint-Laurent, en entrevue à TVA Nouvelles

Presque tous pour

Trois des quatre partis siégeant au Parlement ont donné leur aval à l’imposition d’une telle mesure. Le premier ministre a tenu à le rappeler jeudi, en marge d’une annonce à Saguenay.

«Les trois partis d’opposition officiellement reconnus à l’Assemblée nationale sont pour», a-t-il remarqué, lançant une flèche à peine voilée au Parti conservateur du Québec (PCQ), qui fait circuler depuis le printemps une pétition en opposition au passeport.

Le chef du PCQ, Éric Duhaime, veut «une démonstration, noir sur blanc, que ça va avoir un impact positif» pour changer d’avis. En mêlée de presse à Québec, jeudi, il a tout de même convenu qu’il utiliserait sans doute le passeport sanitaire.

«J’imagine que je n’aurai pas le choix parce que je rencontre des militants. Je ne sais pas comment je vais faire pour aller voir notre monde dans différents endroits publics [sinon]», a-t-il dit.

La session parlementaire n’ouvre pas avant la mi-septembre à l’Assemblée nationale.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.