/news/elections

«C’est à vous de vous exprimer», lance Trudeau aux Canadiens

C’était le secret le moins bien gardé au pays, mais c’est maintenant officiel : Justin Trudeau a demandé à la gouverneure générale, Mary Simon, de dissoudre le Parlement et ainsi déclencher des élections générales anticipées dimanche. Les Canadiens sont attendus aux urnes le 20 septembre.

• À lire aussi: Déclenchement des élections: l’opposition critique Justin Trudeau

• À lire aussi: Sondage: élections risquées pour les libéraux

• À lire aussi: La crise aura-t-elle aidé les libéraux?

Devant Rideau Hall, résidence officielle de la gouverneure générale, le premier ministre a lancé les premières lignes officielles de sa campagne.

«Que ce soit pour continuer nos efforts de vaccination ou pour le soutien offert aux gens jusqu’à la fin de cette crise, tous les Canadiens doivent choisir comment on va terminer notre lutte contre la COVID-19, et comment on va rebâtir en mieux», a lancé M. Trudeau.

Vaccination contre la COVID-19, lutte contre la pollution et les changements climatiques, réconciliation avec les peuples autochtones, accès au logement : le discours du premier ministre a rassemblé les éléments qui définissent son bilan ainsi que les grands thèmes qui définiront les prochaines années.

Il s’agira des premières élections fédérales à se tenir depuis l’arrivée de la pandémie de COVID-19. La campagne se déroulera dans un contexte de quatrième vague de l’épidémie, propulsée par le variant delta.

L’ensemble des chefs des oppositions, du conservateur Erin O’Toole au néodémocrate Jagmeet Singh, en passant par le bloquiste Yves-François Blanchet, ont exprimé leur désaccord à l’idée d’une élection en période pandémique.

Les sondages effectués dans les dernières semaines donnent aux libéraux une avance confortable, mais démontrent aussi qu’ils sont grandement opposés à la tenue d’une élection à ce moment-ci.

Élections Canada a assuré avoir pris tous les moyens nécessaires pour que ces élections historiques se déroulent dans le respect des mesures sanitaires. À cet effet, le vote par correspondance a été grandement simplifié et les bureaux de vote seront armés de plexiglas, de masques et de liquide antiseptique.

Il restait techniquement au moins deux ans au mandat minoritaire du gouvernement libéral, recueilli au mois d’octobre 2019.

Écoutez la rencontre Lisée-Mulcair au micro de Richard Martineau sur QUB radio:  

Règle générale, le gouvernement élu doit rester quatre ans au pouvoir, mais dans un contexte minoritaire, le premier ministre en place peut décider de plonger le pays en élection de manière anticipée, le plus souvent lorsqu’il croit avoir le vent dans les voiles pour aller chercher un mandat majoritaire.

«On a été là pour vous, et maintenant, c’est à vous de choisir. C’est à vous de vous exprimer. Les décisions que prend votre gouvernement maintenant vont définir l’avenir dans lequel vos enfants et vos petits enfants vont grandir. On vit un moment historique et vous avez votre mot à dire. Vous aurez l’occasion de choisir la suite pour notre pays», a déclaré M. Trudeau.

Pourquoi maintenant?      

Rapidement, Justin Trudeau a eu à défendre son intention de se lancer en élections. La question du choix de tenir des élections en pandémie en sera une qui le suivra probablement tout au long de la campagne.

Face aux membres de la Tribune de presse, il a répété à plusieurs reprises qu’il était «important de donner aux Canadiens la chance de s’exprimer» sur l’avenir du pays, et que la meilleure façon de le faire serait à travers une élection générale.

Or, pas plus tard qu’en mai, M. Trudeau avait affirmé en conférence de presse que «personne ne veut d’élections avant la fin de cette pandémie». Le pays se trouvait alors dans une courbe descendante du virus et, conjuguée avec un taux de vaccination en importante progression, la perspective d’une quatrième vague semblait encore lointaine.

Depuis le début de la pandémie, la COVID-19 a fait près de 27 000 morts au pays et a infecté près d'un million et demi de personnes.

M. Trudeau n’a pas caché pas son ambition d’aller chercher une majorité. Pour ce faire, il devra faire élire quinze députés de plus qu’à l’heure actuelle. En 2019, les libéraux ont perdu leur majorité en faisant élire 157 députés.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.