/finance/homepage

Mieux recruter grâce à l’intelligence artificielle

Sam Bellamy (à droite) et Steve Alliance, son associé, de Hélis, qui a conçu une application pour favoriser la diversité et l’inclusion lors des activités de recrutement des entreprises.

Photo Chantal Poirier

Sam Bellamy (à droite) et Steve Alliance, son associé, de Hélis, qui a conçu une application pour favoriser la diversité et l’inclusion lors des activités de recrutement des entreprises.

C’est bien connu, les chances à l’emploi ne sont pas les mêmes pour tous. Un nom à consonance étrangère ou un diplôme obtenu à l’étranger peuvent dans certains cas constituer des facteurs de discrimination à l’embauche. 

Pour contrer le phénomène, Hélis se sert de l’intelligence artificielle pour s’assurer que les candidats soient sélectionnés seulement sur leurs compétences et leurs expériences.

La jeune entreprise a conçu une application, Hélis.ai, pour aider les recruteurs à réduire les biais inconscients dans leurs processus d’embauche. 

« On a créé un algorithme qui est moins biaisé que l’humain, explique Sam Bellamy, qui a fondé Hélis en 2020. Notre application propose des candidats qui correspondent aux critères de sélection essentiels. »

La solution développée par Hélis fait même plus que ça. Elle permet de faire un audit du recrutement, c’est-à-dire une analyse des campagnes d’embauche réalisées par l’entreprise afin d’en déceler des biais inconscients potentiels. 

« On peut ensuite fournir des recommandations pour corriger les choses le cas échéant », affirme Sam Bellamy.

La clientèle cible d’Hélis ? 

« Principalement, des grandes entreprises qui sont sensibles aux notions de diversité et d’inclusion, ajoute-t-elle. C’est plus difficile de garder l’œil ouvert sur ces aspects lors de recrutements massifs. On peut aider l’entreprise à mettre en place un plan d’action. »

Accélérer le développement 

Sam Bellamy et son associé, Steve Alliance, ont récemment reçu une bonne nouvelle. Hélis a en effet reçu le 4e prix d’une valeur de 15 000 $ dans le cadre du concours des Bourses Pierre-Péladeau. 

« Cette somme va nous aider à accélérer le développement de notre application, qui en est encore à l’état de prototype, et à structurer notre modèle d’affaires », précise l’entrepreneure. 

Une demi-douzaine d’entreprises testent actuellement une version bêta de l’application. 

« Les résultats sont encourageants. On obtient un taux d’efficacité de 76 %. Il nous faut améliorer l’algorithme pour atteindre 90 %. Plus il y aura des entreprises prêtes à la tester, plus vite on pourra y arriver », explique Mme Bellamy qui invite les organisations intéressées à la contacter pour faire partie du groupe test. 

L’entrepreneure vise la fin de 2021 pour amorcer la commercialisation, d’abord sur le marché québécois avec une version en français pour ensuite lancer une application en langue anglaise. 

Trouver des solutions 

La jeune femme de 35 ans a un parcours impressionnant. Avant de fonder Hélis, elle a créé Bazookka, une entreprise technologique qui conçoit des outils RH propulsés par l’intelligence artificielle. Elle n’avait jamais vraiment songé à l’entrepreneuriat avant de se lancer. 

« Tout ce que je voulais, c’est faire ce que j’aimais. Or, j’aime trouver des solutions à des problèmes », raconte celle qui, au préalable, a enseigné pendant sept ans au niveau collégial. 

« C’est là que j’ai vu que ce n’était pas facile pour tous de se trouver un stage », dit celle qui est bardée de diplômes. 

Experts multidisciplinaires 

Elle a d’abord étudié en cuisine et en graphisme avant d’entreprendre une formation universitaire en comptabilité. Elle s’est ensuite orientée vers un baccalauréat en éducation qu’elle a complété avec un diplôme de deuxième cycle en administration scolaire. Elle a par la suite complété un MBA et est présentement inscrite au doctorat en administration et politique de l’éducation. « J’aime apprendre », lance-t-elle tout bonnement. 

Pour Hélis, Sam Bellamy a su bien s’entourer en s’adjoignant des experts, dont Jean-Philippe Beauregard, qui se spécialise dans les enjeux liés à la discrimination à l’embauche, la diversité et l’inclusion dans le monde du travail. 

« C’est important d’être appuyé par un comité d’experts multidisciplinaires pour éviter que des biais se glissent dans le développement de l’algorithme », souligne Sam Bellamy, qui figure dans la liste des 100 femmes qui changent le monde, une campagne de l’organisme Femmessor. Avec Hélis, elle aide assurément les entreprises à faire un pas en avant vers plus de diversité et d’inclusion.