/finance/stockx

Wall Street termine en ordre dispersé, le Dow Jones et le S&P 500 à des records

La Bourse de New York qui avait mal démarré lundi, perturbée par des données économiques chinoises décevantes et par des considérations géopolitiques, est parvenue à terminer sur de nouveaux records pour l'indice Dow Jones et le S&P 500.

• À lire aussi: Petite hausse à Wall Street pour terminer la semaine sur des records

• À lire aussi: Wall Street termine en petite hausse, le Dow Jones et S&P 500 grappillent encore un record

Selon des résultats définitifs à la clôture, l'indice Dow Jones a conclu en hausse de 0,31% à 35 624,40 points, un nouveau record après ceux de la semaine dernière.

Nouveau sommet aussi pour le S&P 500 à 4 479,71 points (+0,26%). Le Nasdaq, à forte coloration technologique, est resté dans le rouge à 14 793,76 points (-0,20%).

Les investisseurs avaient d'abord été refroidis par des données moroses pour l'économie chinoise montrant une progression ralentie de la production industrielle et des ventes de détail en juillet moins solides que prévu.

La situation en Afghanistan, où les forces talibanes ont pris le contrôle, avait aussi déclenché en matinée «une certaine angoisse géopolitique» sur le marché, selon les mots de Patrick O'Hare de Briefing, sans toutefois devenir un facteur de peur.

Sur le plan des indicateurs américains, la production industrielle dans la région de New York a montré une détérioration inattendue qui a aussi pesé sur l'humeur des premiers échanges, notaient les analystes de Schwab.

Sept des onze secteurs de la S&P ont finalement terminé dans le vert, guidés par celui de la santé (+1,13%), des services d'utilité publique (+0,65%) et des technologies de l'information (+0,44%). Le secteur énergétique était lanterne rouge (-1,83%) alors que les prix du pétrole ont chuté vu les inquiétudes sur la demande chinoise d'or noir face à la propagation du variant Delta qui force Pékin à des mesures de confinements.

Les investisseurs se sont positionnés à la veille de plusieurs résultats financiers d'entreprises, dont Walmart (+0,82%) et le géant du bricolage Home Depot (+1,13%) et de la publication, mardi de l'indice des ventes au détail pour juillet.

Les analystes s'attendent à un petit repli (-0,2%) après le bond de +0,6% en juin pour cet indicateur qui reflète généralement la vigueur de la consommation, locomotive de l'économie américaine.

Tesla a perdu 4,32% à 686,17 dollars. L'agence américaine de la sécurité routière (NHTSA) a annoncé lundi l'ouverture d'une enquête préliminaire sur l'assistant à la conduite du fabricant de véhicules électriques, dit «Autopilot», après une série de onze accidents.

Le titre du fabricant de vaccins anti-COVID Moderna, qui a augmenté de quelque 250% cette année, a lâché 4,08% à 373,96 dollars. Son rival Pfizer (+0,89% à 48,91 dollars) a plaidé lundi auprès des autorités sanitaires américaines en faveur d'une autorisation future d'une troisième dose pour tous de son vaccin.

La descente aux enfers a continué pour ContextLogic, la société parente du site de commerce en ligne Wish. Introduit en Bourse en décembre au prix de 24 dollars, le titre cotait 6,87 dollars en chute de 9% après déjà un repli à deux chiffres en fin de semaine. Le groupe avait annoncé la semaine dernière, des ventes trimestrielles en baisse, des inscriptions à son application en recul et un gonflement des pertes.

Les taux sur le marché obligataire ont faibli jusqu'à 1,22% en matinée, montrant que certains investisseurs se reportaient vers les bons du Trésor pour leur valeur refuge. Mais ils sont finalement restés quasiment stables. Vers 20H30 GMT, ils s'inscrivaient à 1,2667% contre 1,2767% vendredi.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.