/finance/consumer

Le plus récent chapitre de la saga de la folie immobilière

Property Market Rising

Illustration Adobe Stock

Hier, Le Journal rapportait les témoignages de gens de l’industrie selon lesquels certains agents immobiliers favoriseraient des inspecteurs complaisants. Ces courtiers auraient une préférence pour le travail d’inspection approximatif et bâclé, moins à risque de faire avorter une transaction. On y sous-entend une certaine connivence, du genre « ne me mets pas de bâtons dans les roues et je vais te recommander ».

Cette pratique peu répandue n’est pas nouvelle, mais elle prendrait de l’ampleur dans le contexte de surchauffe, déplorent des inspecteurs en bâtiments.

• À lire aussi: Surchauffe immobilière: baisse de 40 à 50% du chiffre d’affaires des inspecteurs en bâtiment

• À lire aussi: Inspection et immobilier: des inspecteurs complaisants

Doit-on s’en étonner ? Bien que la situation mérite d’être dénoncée, je ne suis pas tombé de ma chaise. Y a-t-il seulement une industrie où n’existe pas ce genre de complicité, à la marge ?

L’aspect surprenant dans cette histoire, c’est qu’il se trouve des courtiers pour considérer l’inspection comme un obstacle sérieux à une transaction immobilière. Voyons ! N’importe quelle bicoque trouve preneur au fort prix, les yeux fermés !

Y a-t-il vraiment un inspecteur qui peut se mettre en travers d’une vente ?  

Réglementer la profession, oui, mais...

Le reportage en question relève fort pertinemment le manque d’encadrement de la profession d’inspecteur en bâtiments.

Je ne dirais pas que c’est le Far West, la plupart des membres de l’industrie sont diplômés d’un programme spécialisé, suivent la formation continue et font partie d’une association (il y en a deux principales, dont la plus importante, l’Association des inspecteurs en bâtiment du Québec).

Quand même, n’importe qui (même moi !) peut s’improviser dans ce métier, une situation sur le point de changer avec l’entrée en vigueur progressive de la Loi 16, adoptée il y a deux ans.

Tous les inspecteurs relèveront bientôt de la Régie du bâtiment, ils seront ainsi formés, soumis à des standards et exposés à des sanctions.

Cette réforme est réclamée depuis des années par les inspecteurs eux-mêmes, fatigués de faire les frais de certains électrons libres de leur industrie.  

Cela contribuera sans doute à redorer la profession et à réduire les risques pour les acheteurs, sans toutefois les protéger à 100 %. 

Dans les cas de collusions relevés par ma collègue, ce sont toujours bien quelques agents immobiliers qui occupent les mauvais rôles, des courtiers qui sont pourtant strictement réglementés.

Faire ses devoirs

Tout ce qui peut favoriser de meilleures pratiques dans l’industrie et améliorer la protection du public est évidemment bienvenu.

La meilleure ligne de défense reste néanmoins la vigilance de l’acheteur, la capacité de ce dernier à garder la tête froide. L’acquisition d’une maison reste une transaction financière à forte teneur émotionnelle. Quand les émotions prennent trop le dessus, il y a danger.

Dans un marché où la demande surpasse l’offre, c’est normal que l’aspirant propriétaire soit disposé à payer plus cher et à faire des compromis.

En 2021, on a toutefois assisté à un phénomène d’une tout autre ampleur, où l’acheteur, paniqué, s’est souvent montré prêt à tout pour mettre la main sur le nid convoité. Enchère, surenchère, achat à l’aveugle, sans garantie...

Quand la principale partie prenante d’une transaction tourne les coins ronds, le climat semble plus propice aux façons de faire un peu douteuses.

Conseils   

Doit-on rappeler que ce n’est pas une bonne idée de renoncer à l’inspection ? 

Pour trouver un bon inspecteur en bâtiments, demandez des recommandations d’acheteurs. 

Consultez le répertoire de l’Association des inspecteurs en bâtiments du Québec (AIBQ), sur son site Internet 

Un courtier immobilier vous propose de vous payer l’inspection ? Soyez sur vos gardes. 

Si l’inspection de la maison représente une dépense douloureuse, demandez-vous si vous avez les moyens de vous offrir la maison.