/finance/realestate

EN IMAGES | Gatineau en appelle de la démolition d’une maison de 3 M$

Jadrino Huot / AGENCE QMI

La Ville de Gatineau a porté en appel un jugement en lien avec la démolition à ses frais d’une luxueuse maison évaluée à 3 millions $, une décision qui ne surprend nullement l’une des personnes qui s’étaient plaintes de la non-conformité de cette résidence.

• À lire aussi: 79 chemin Fraser: une maison de 3 millions de dollars sera démolie

«Ce n’est pas une surprise, on s’y attendait», s’est limitée à dire à l’Agence QMI, vendredi, Manon Pelletier, une voisine immédiate de la maison en question. Le 6 octobre 2014, avec son mari, Robert Blain, décédé depuis, et deux autres voisins, David Stinson et Cheryl Lyttle, elle avait porté la cause devant les tribunaux, disant subir un préjudice quotidien vu les dimensions et le positionnement de la résidence.

Les quatre citoyens prétendaient que la Ville de Gatineau avait abusé de son pouvoir en accordant une dérogation à ses règlements pour permettre la construction de la maison après avoir constaté que ses services avaient commis une erreur technique. 

Selon les voisins, la dérogation adoptée par la Ville constituait un changement de zonage déguisé et, à leurs yeux, comme la Ville était fautive, il lui revenait de remettre le terrain dans son état original, c'est-à-dire de démolir la maison à ses frais.

Violation 

L’affaire a commencé en mai 2013 lorsque la Ville de Gatineau délivre un permis de construction à Patrick Molla pour le terrain situé au 79, rue Fraser.

Quelques mois plus tard, soit le 19 septembre, les responsables du service d’urbanisme de la Ville constatent que le permis a été accordé en violation des règlements municipaux applicables quant à la distance entre la maison et la rue. Le comité consultatif d’urbanisme recommande dès lors au conseil municipal d’accepter une demande de dérogation mineure, demande qui est entérinée le 8 juillet 2014.

Le 20 juillet dernier, le juge Michel Déziel de la Cour supérieure du Québec a rendu une décision de première instance au sujet de cette saga, donnant raison aux quatre contestataires et ordonnant la démolition de la maison aux frais de la Ville de Gatineau. C’est cette décision que la Ville porte maintenant en appel. Entre-temps, l’immeuble est toujours debout.

Au-delà de cette réclamation des voisins​, le propriétaire des lieux a aussi déposé une poursuite contre la Ville en vue d’obtenir des dommages compensatoires et punitifs de 3,6 millions $. Bien que le bâtiment et le terrain soient évalués à 1,45 million $ sur le rôle municipal, M. Molla estime ses coûts de construction et d’acquisition du lot à 2,95 millions $.

Il allègue que le tourbillon judiciaire, médiatique et politique entourant sa maison a sapé la quiétude et la tranquillité d’esprit de sa famille, sans compter qu'elle se retrouverait dorénavant à la rue.

L’Agence QMI a tenté de joindre le porte-parole de Patrick Molla, son avocat Me Éric Oliver, mais une réponse automatique indiquait qu’il était en procès toute la journée, si bien qu’il n’a pu répondre à notre demande au moment d’écrire ces lignes.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.