/regional/montreal/monteregie

Le plus grand labyrinthe de maïs au monde bientôt à Sainte-Julie?

PHOTO COURTOISIE / Marc Jomphe

Un couple d’entrepreneurs rêve de créer le plus gros labyrinthe de maïs au monde d’ici l’an prochain à Sainte-Julie, en Montérégie. 

Marc Jomphe et Janie Sincennes sont bien partis pour atteindre leur but. Le labynthe qu’ils ont ouvert à la fin du mois de juillet, a déjà une superficie de 48 acres (soit l’équivalent d’environ 27 terrains de football) alors que celui qui est inscrit dans le Livre Guinness des records, depuis 2014, est un labyrinthe temporaire de 60 acres, créé à Dixon, en Californie.

Il y a aussi à La Pocatière un labyrinthe de quelque 75 acres, mais ce record n’est pas homologué.

«L’an prochain, notre labyrinthe sera le plus grand au monde. Je vais dépasser celui de La Pocatière!» s’enthousiasme Marc Jomphe.

Mathieu Ste-Marie / Agence QMI

C’est d’ailleurs en visitant cet imposant labyrinthe, dans le Bas-Saint-Laurent, il y a quatre ans que l’homme d’affaires - qui œuvre dans le domaine immobilier - a eu l’idée d’offrir ce divertissement sur la Rive-Sud de Montréal, où la population est très nombreuse.

Après de longues démarches qui ont parfois été laborieuses, l’entrepreneur a finalement pu réaliser son projet et a accueilli ses premiers clients il y a quelques semaines. Sa persévérance semble pour le moment avoir porté ses fruits puisque, depuis son ouverture, le labyrinthe situé près de l’autoroute 20, a accueilli plusieurs visiteurs, dont certains ont fait plus d’une heure de route pour participer à l’activité.

«Le monde a du fun à faire ça, les gens tripent! C’est une belle activité à faire entre amis ou en famille», souligne-t-il.

«Tous les gens ressortent du labyrinthe avec le sourire», renchérit Janie Sincennes.

PHOTO COURTOISIE / Marc Jomphe

Six trajets

La grande superficie du labyrinthe permet aux entrepreneurs d’offrir six parcours aux visiteurs allant de un kilomètre à cinq kilomètres. Durant leur trajet, les marcheurs ont la chance de découvrir l’arbre à bonbons, un arbre sur lequel sont accrochés des suçons qui font plaisir aux jeunes – et aux plus vieux. Mais, les gens peuvent également se perdre: seulement la moitié des participants réussissent à terminer le labyrinthe, les autres quittent le jeu avant la fin du trajet.

Le couple voit grand pour les prochains mois. En plus d’agrandir le parcours, il souhaite éventuellement prolonger les heures d’ouverture jusqu’en soirée pour offrir une expérience différente aux clients qui devront utiliser des lampes de poche pour sortir du labyrinthe.

«L’entreprise s’appelle Labyrinthe Galaxie puisque nous pensons qu’il n’y a pas de limite à ce que l’on peut créer. Nous trouvons que la galaxie symbolise bien cela», confie Janie Sincennes.

Dans la même catégorie