/finance/homepage

Entente de principe entre Olymel et ses employés de Vallée-Jonction

Une nouvelle entente de principe est survenue dimanche en fin d’après-midi après un blitz de négociations entre Olymel et ses travailleurs de l’usine de Vallée-Jonction, dans Chaudière-Appalaches.

Le syndicat des employés, qui est affilié à la Confédération des syndicats nationaux (CSN), en a fait l’annonce dans une publication Facebook.

«Le [Syndicat] convoquera rapidement ses membres en assemblée générale pour présenter cette nouvelle entente de principe», peut-on lire.

Ce faisant, Olymel a reporté à mercredi matin son ultimatum en ce qui a trait à l’abolition de 500 postes au quart de soir à l’usine, a fait savoir la direction par voie de communiqué.

«La suppression du quart de soir était devenue nécessaire dans la perspective d’une poursuite indéfinie de la grève. Cette décision difficile sera abandonnée dans le cas d’un vote en faveur de l’entente de principe conclue aujourd’hui et qui doit faire l’objet d’une recommandation favorable de la part de l’exécutif syndical», a expliqué Paul Beauchamp, premier vice-président d'Olymel.

Écoutez la chronique économique d'Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio: 

Si les membres devaient se prononcer en faveur de l'entente, cela viendrait mettre un terme à la grève qui dure depuis quatre mois.

Selon M. Beauchamp, celle-ci fait «peser la menace d’abattages humanitaires et de gaspillage alimentaire, en plus de contraindre plusieurs producteurs de porcs du Québec à des conditions d’élevage inadmissibles».

Le Syndicat des travailleurs d’Olymel à Vallée-Jonction-CSN et Olymel ont tous deux indiqué qu'ils ne feront aucun autre commentaire dans ce dossier.

- avec l'Agence QMI

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.