/regional/saguenay

Pas facile d'habiller son enfant pour la rentrée

Effet collatéral du manque du manque de main-d’œuvre, les boutiques de vêtements pour enfants ont beaucoup moins de choix à offrir, cette année, aux parents qui profitent de la rentrée scolaire pour rafraichir la garde-robe de leur progéniture.

Peu de pointures, moins de variété et beaucoup plus d'espaces vides sur les tablettes des entrepôts: les fournisseurspeinent à répondre à la demande.

«C'est beaucoup au niveau du sport que nous ça nous cause problème parce qu'on vend beaucoup d'espadrilles pour la rentrée scolaire. Les enfants, habituellement, ont deux paires: une pour le gymnase, l'autre pour voyager. 

«[L’idée] c’est d'avoir les grandeurs en grande quantité parce qu'on se retrouve souvent avec le même groupe d'âge qui a les mêmes pointures», a expliqué Sylvie Côté, propriétaire de la boutique «Au Petit Cordonnier», situé dans l’arrondissement de Chicoutimi au Saguenay-lac-Saint-Jean.

Les commandes arrivent au compte-goutte. Souvent des semaines, voire des mois de retard. Même chose pour les vêtements.

«Habituellement, la marchandise commence à arriver le premier août, mais là on dirait qu’il y a comme un retard dans plusieurs compagnies. On n'a pas reçu nos livraisons. On est en attente», a mentionné Sara Dufour, responsable des vêtements à la boutique «UltraViolet», située dans l’arrondissement de Jonquière.

Certaines compagnies vont même jusqu'à rationner les commerçants. Dépendamment des cas, certains commerçants recevront de petites et grandes tailles, mais pas de moyennes.

La clientèle doit donc adapter son magasinage de la rentrée en conséquence.

«Ils arrivent en magasin, au lieu de nous dire je veux tel modèle dans telle grandeur, c'est plutôt le phénomène inverse: mon enfant chausse du 4, qu'est-ce que vous avez dans le 4», a raconté pour sa part Mélanie Turcotte, propriétaire du «Sports Experts-Atmosphère» de Chicoutimi.

Le manque d'employés dans les usines et dans les entrepôts ralentit les expéditions. Les chauffeurs chez les transporteurs sont tout aussi rares. 

Et même en arrivant en magasin, la marchandise a besoin d’un certain temps avant d’y être exposée sur le plancher vu le manque de bras pour la déployer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.