/finance/stockx

Wall Street termine en très léger repli après des records et un bon mois d'août

La Bourse, Palais Brongniart, Paris

Bruno Bleu - stock.adobe.com

La Bourse de New York a terminé mardi en très léger retrait, descendant de ses records de la veille, mais elle conclut sur un bon mois d'août.

• À lire aussi: Rumeurs d'écran sans encoche et communication satellite sur les prochains iPhone 13?

• À lire aussi: Nouveaux records à Wall Street pour le Nasdaq et le S&P 500

• À lire aussi: Wall Street finit en hausse, records pour le Nasdaq et le S&P 500 grâce à la Fed

Selon des résultats définitifs, l'indice Dow Jones a lâché 0,11% à 35 360,60 points. Le Nasdaq, à forte concentration technologique, est resté proche de son record de lundi (-0,04%) à 15 259,24 points. Le S&P 500 est aussi un peu redescendu de son sommet de la veille à 4 522,57 points (-0,14%).

Le mois d'août, traditionnellement considéré comme un des pires mois pour les investisseurs, s'est donc terminé cette année sur une note très positive.

Sur le mois, le Dow Jones a gagné 1,22%, le Nasdaq a grimpé de 4% et le S&P 500 de 2,90%.

Le marché a fini en léger repli «après un mois très solide et plusieurs séances de records en août», a commenté pour l'AFP Peter Cardillo de Spartan Capital Securities. Wall Street a connu une douzaine de séances de records ce mois-ci pourtant réputé comme étant peu actif.

«Cela est de bon augure pour le mois de septembre, traditionnellement vu comme un mois difficile pour les investisseurs», a ajouté l'analyste pour qui les fondamentaux du marché «restent solides, d'autant plus que les taux d'intérêt ne vont pas augmenter de sitôt».

Si le patron de la Fed, Jerome Powell, a confirmé vendredi qu'une réduction des achats d'actifs par la Banque centrale américaine était probable d'ici la fin de l'année, il n'a pas donné de calendrier et a surtout précisé qu'une hausse des taux d'intérêts n'était pas imminente, alors que ceux-ci sont maintenus à zéro depuis le début de l'épidémie.

«La diminution des achats de bons du Trésor commencera probablement au 4e trimestre mais il s'agit d'un facteur déjà pris en compte» par le marché, selon M. Cardillo. «La clé est que la Fed va attendre un certain temps avant de modifier les taux. Jusqu'à ce que cette aiguille des taux bouge, le blues de septembre ne devrait pas s'installer», a assuré l'économiste.

Des indicateurs peu reluisants ont rendu les investisseurs prudents mardi.

La confiance des consommateurs américains est tombée en août à son plus bas niveau depuis février, leur moral étant plombé par le variant Delta qui pèse sur la reprise économique, mais aussi par la hausse des prix.

L'indice publié mardi par le Conference Board est tombé à 113,8 points, contre 125,1 points en juillet (révisé en baisse).

En outre, la croissance de l'activité manufacturière a fortement ralenti en août dans la région de Chicago, pénalisée par les difficultés à s'approvisionner en matières premières. L'indice a chuté à 66,8 points en août, son plus bas niveau depuis juin.

Les investisseurs guettent surtout les chiffres de l'emploi américain pour août qui seront publiés vendredi.

Les marchés ont aussi suivi mardi l'accélération de l'inflation en zone euro qui a bondi à 3%, son plus haut niveau en dix ans.

Si la Banque centrale européenne (BCE) n'envisage pas, à ce stade, de resserrer sa politique monétaire accommodante, elle tient son conseil des gouverneurs le 9 septembre et il y aura débat, notamment sur les achats d'actifs.

Au tableau des actions, la plateforme de visioconférence Zoom a plongé de 16,69% à 289,50 dollars après des résultats décevants.

L'application, qui a profité à fond de l'essor du télétravail et de l'école à la maison depuis le début de la pandémie, a vu son rythme de croissance ralentir drastiquement au 2e trimestre, même s'il reste de 54%.

Le titre des laboratoires Moderna a grimpé de 1,62% à 376,69 dollars après la parution d'une étude belge indiquant que son vaccin produit davantage d'anticorps que son rival Pfizer (-1,45%).

Apple, qui avait atteint un plus haut historique la veille, a cédé 0,84% à 151,83 dollars ébranlé par une loi adoptée en Corée du Sud qui écorne son monopole sur le système de paiement des applications via son App Store.

Les actions des groupes de jeux vidéos, qui avaient été affectées lundi par la décision de la Chine de règlementer le temps de jeu des adolescents, ont repris du terrain comme le géant de l'internet chinois Tencent (+5,95% à 61,78 dollars), Activision Blizzard (+1,54% à 82,37 dollars) et Electronic Arts (+1,46% à 145,21 dollars).

Les rendements sur les obligations à 10 ans ont grimpé à 1,31% contre 1,27% la veille.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.