/finance/stockx

Wall Street finit en ordre dispersé, nouveau record pour le Nasdaq

Wall Street a clôturé en ordre dispersé mercredi, le marché réagissant peu à de mauvais chiffres de l'emploi aux États-Unis, considérés comme peu fiables.

• À lire aussi: Wall Street termine en très léger repli après des records et un bon mois d'août

Le Nasdaq a terminé la séance à un nouveau record, le 33e depuis le début de l'année, en hausse de 0,33% à 15.309,38 points, tandis que l'indice élargi S&P 500 a fini quasiment à l'équilibre (+0,03% à 4.524,09 points) et que le Dow Jones a lâché 0,14% à 35.312,53 points.

La séance avait été mal orientée avec la publication, avant Bourse, du rapport du cabinet de services aux entreprises ADP, qui faisait état de 374.000 emplois créés par le secteur privé en août, quand les analystes en attendaient près du double (625.000).

En juillet, déjà, ADP avait fait état de créations d'emplois très inférieures aux attentes.

Pour autant, les opérateurs ont faiblement réagi, seul le Dow Jones passant dans le rouge après avoir ouvert en légère hausse.

«ADP n'est pas un très bon indicateur des chiffres du ministère du Travail», qui publie traditionnellement son propre rapport mensuel deux jours après celui du cabinet spécialisé, a expliqué Sam Stovall, responsable de la stratégie d'investissement du cabinet CFRA.

Pour autant, le chiffre d'ADP a quelque peu mis sous pression les valeurs cycliques, qui dépendent de la conjoncture, ont relevé les analystes de Schwab, notamment les actions financières et industrielles.

Par extension, la plupart des valeurs pétrolières se sont repliées, le maintien du calendrier prudent de l'OPEP, mercredi, n'étant pas de nature à soutenir les cours de l'or noir.

En outre, les groupes pétroliers les plus implantés en Louisiane ont particulièrement souffert, avec la persistance des perturbations liées au passage de l'ouragan Ida.

Valero a ainsi perdu 3,56% à 63,95 dollars, Phillips 66, 2,64% à 69,21 dollars et Marathon Petroleum 3,41% à 57,25 dollars.

Le mauvais indicateur macroéconomique a aussi fait reculer les taux obligataires, le rendement des emprunts d'État américain à 10 ans repassant sous 1,30% (1,29%), contre 1,31% mardi.

Ailleurs au tableau des valeurs, le groupe d'habillement multi-marques PVH Corp s'est envolé de 15,07% à 120,58 dollars, porté par des résultats trimestriels séduisants, notamment un bénéfice net par action qui a atteint quasiment trois fois l'estimation des analystes.

L'activité de l'entreprise est tirée par l'international et la marque Calvin Klein, dont les ventes sont en hausse de 55% sur un an.

Le géant du streaming Netflix s'est rapproché de son plus haut niveau historique en séance et a terminé la journée en hausse de 2,26%, à 582,07 dollars.

La plateforme a annoncé mercredi la mise en ligne, le 1er octobre, de l'ensemble des épisodes de la série culte «Seinfeld», dont Netflix a acheté les droits mondiaux en 2019 pour plus de 500 millions de dollars.

La figure historique de l'agroalimentaire Campbell's (+2,06% à 42,59 dollars) a profité de bons résultats trimestriels. Le groupe a notamment indiqué que la demande de plats préparés, qui avait accéléré avec la pandémie, restait soutenue.

En sens inverse, le titre du constructeur de véhicules électriques Lucid Motors a dévissé de 10,87% à 17,79 dollars, les investisseurs initiaux de la SPAC (véhicule coté qui avait fusionné avec Lucid) étant désormais autorisés à vendre leurs titres.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.