/finance/homepage

Coût des aliments en hausse: 3 facteurs identifiés

Après deux mois d’accalmie, la flambée du prix des aliments est repartie à la hausse. Selon Sylvain Charlebois, du laboratoire en sciences analytiques agroalimentaires de l’Université Dalhousie, trois facteurs expliquent la flambée des prix : les changements climatiques, la COVID-19, qui perturbe les transports en raison d’un pétrole qui coûte plus cher, puis, la main d’œuvre.

Et ce n’est pas que chez nous, mais partout à travers le Monde.

À titre d’exemple, les tomates en Italie sont en train de pourrir sur un bon nombre de fermes, faute de mains pour les cueillir.

«Que ce soit en restauration ou dans le commerce au détail, on y goûte», a affirmé Charlebois à l’émission À vos affaires, vendredi, sur les ondes de LCN.

Devant la pénurie de main-d’œuvre, certains pays ont déjà adopté des mesures. L’Australie octroie des permis de travail aux travailleurs agricoles étrangers.

Joël Lemay / Agence QMI

Opération séduction

Au Canada, si on se fie au Face-à-Face des chefs de jeudi, l’enjeu identifié est possiblement parallèle au problème, croit Charlebois.

«On parlait de création d’emploi... on n’a pas besoin de créer des emplois, il faut inciter les gens à travailler!», a-t-il nuancé. Il y a vraiment un déséquilibre entre le marché du travail et le capital humain que l’on a, vieux ou jeunes. Beaucoup de gens sont aptes à travailler, mais il n’y a pas de cohérence entre l’offre et la demande.»

C’est surtout dans le domaine agricole qu’il faut recruter. Pour ce faire, Charlebois croit qu’une opération séduction doit être menée par le ministère du Travail.

«Ces postes sont souvent situés en région, loin des villes. Le compromis est assez important.»

Alors, comment économiser pour que l’achat de provisions n’hypothèque pas notre budget? 

«Si vous visitez plus qu’un commerce, vous allez remarquer que les plusieurs produits à rabais ne sont pas annoncés. Ils ne sont pas en circulaire.

«Parce que le gaspillage alimentaire est de plus en plus important pour les détaillants, on va mettre à rabais sur des étagères.

«En allant voir à plus d’un endroit, vous épargnerez pas mal.»

Joël Lemay / Agence QMI

Le prix de la viande continue de grimper

Ceux qui adoptent un régime riche en viandes et substituts remarquent sans doute que le prix de ces produits continue de plafonner. 

Ceux qui espèrent voir la tendance être freinée auront un goût amer en bouche au cours des prochaines semaines. 

«Les viandes sont un problème majeur. Je viens de recevoir un rapport selon lequel la vente du porc est en baisse de 17% au Canada depuis un an. Le poulet, 12% de moins. Le bœuf, 6%.»

«Il semble que les gens évitent le comptoir des viandes carrément. J’ai l’impression que les gens sont plus au courant des options comme les protéines végétales ou autre.»

Il y a toutefois une étonnante bonne nouvelle malgré les hausses de prix des aliments. Même avec le manque de main-d’œuvre, selon Sylvain Charlebois.

«Les fruits et légumes sont moins chers cette année que l’année passée», explique-t-il entre autres avec le retour en force du dollar canadien.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.