/news/coronavirus

La crainte d’un retour en arrière nous guette

En pleine quatrième vague de COVID-19, force est d’admettre que le retour à la normale n’est pas pour demain, même si la vaccination progresse.

• À lire aussi: Christian Dubé fait un plaidoyer pour la vaccination

• À lire aussi: «Les non vaccinés peuvent paralyser le système de santé»

«Premièrement, les taux de vaccination dont on parle, ça inclut les enfants et pour l’instant on ne peut pas les vacciner. Mais ça inclut aussi que le Québec ne vit pas dans une bulle et que la planète entière devrait atteindre ces niveaux de vaccination. Donc on va avoir des variants qui vont apparaître à cause de la circulation du virus», pense la professeure en microbiologie, Dre Nathalie Grandvaux.

Pour éviter le pire, est-ce le gouvernement va resserrer à nouveau la vis aux Québécois? Le message publié sur Facebook vendredi après-midi par le ministre de la Santé, Christian Dubé, laisse entrevoir que la province prépare le terrain pour une annonce importante dans les jours à venir.

«Je pense qu’on ne veut surtout pas recommencer avec des confinements, mais on a des choses à faire pour limiter la transmission», soutient-elle en donnant comme exemple l’élargissement du passeport vaccinal aux universités, la ventilation et les tests rapides. Ce sont des éléments qui doivent nous permettre de garder un certain nombre de libertés, malgré tout.» 

Dre Grandvaux craint aussi que l’absence de distanciation sociale dans les salles de classe des cégeps et universités, ainsi que le fait que les étudiants ne sont pas obligés d’être vaccinés contribuent à la 4e vague de COVID-19.

«Surtout, collatéral de ça, c’est qu’on soit obligé de revenir en arrière et je ne voudrais surtout pas qu’on doive refermer nos universités», dit-elle.

Pour Dre Grandvaux, il n’y a aucun doute que les mesures sanitaires sont importantes et doivent être respectées.

«Les statistiques montrent qu’il y a un vrai danger d’avoir beaucoup d’hospitalisations. C’est effectivement quelque chose que je crains», dit-elle.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.