/news/world

COP26: appel à accélérer l'adaptation aux effets du changement climatique

Une cinquantaine de responsables internationaux ont appelé lundi à accélérer la préparation aux effets du changement climatique comme les tempêtes, inondations et sécheresses extrêmes, rappelant que la plupart de ces phénomènes sont «tragiquement, déjà inexorables».

• À lire aussi: Le climat ne peut pas attendre la fin de la pandémie, alertent les journaux médicaux

• À lire aussi: Une majorité de Canadiens prêts à payer plus pour réduire les GES

• À lire aussi: Crise climatique: On ne soigne pas une jambe cassée en cassant l'autre, dit Blanchet

Ces conséquences «mettront les gens, les communautés et l'économie mondiale en danger comme jamais auparavant et feront peser de nouvelles menaces majeures sur la biodiversité et la santé de l'homme», a souligné dans un communiqué le Centre mondial pour l'adaptation (GCA).

Fondé en 2018, le GCA est une organisation internationale destinée à accélérer l'adaptation du monde aux effets du changement climatique. Elle est présidée par l'ancien secrétaire général des Nations unies Ban Ki-Moon.

L'adaptation -- comprenant systèmes d'alerte avancés, adaptation des infrastructures, améliorations agricoles -- n'a selon le GCA pas bénéficié de la même attention, des mêmes ressources, ni du même niveau d'action sur le terrain que la réduction des émissions de gaz à effet de serre, laissant des communautés du monde entier exposées à une urgence climatique plus rapide que prévu.

Un dialogue, rassemblant une cinquantaine de responsables politiques et de spécialistes du climat et du développement en présence de M. Ban et de la directrice générale du FMI Kristalina Georgieva, s'est tenu lundi à l'occasion de l'inauguration à Rotterdam du siège du GCA.

Les participants -- ministres, maires, chefs d'organisations internationales et banques de développement -- ont décrit dans un communiqué les mesures à prendre, selon eux, lors de la conférence mondiale sur le climat (COP26) de Glasgow en novembre, notamment la révision des plans d'adaptation pour lesquels les Nations unies se sont engagées à consacrer 100 milliards de dollars par an.

«Les pays sont prêts pour une nouvelle ambition en matière d'adaptation, et sont également prêts pour un financement à grande échelle pour l'adaptation», a déclaré Ban Ki-moon.

Un récent rapport du GIEC (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat) a averti qu'une aggravation majeure des impacts climatiques surviendrait une décennie plus tôt que prévu, avec des changements sans précédent et certains irréversibles.

Le monde a d'ores et déjà été confronté cette année à des événements climatiques extrêmes: incendies spectaculaires en Grèce et en Turquie, feux de forêt en Sibérie et en Californie, famine à Madagascar, inondations exceptionnelles en Chine et en Allemagne, canicule record au Canada, etc.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.