/news/culture

Le milieu culturel s'adapte au passeport vaccinal

Le milieu culturel s'adapte à l'implantation du passeport vaccinal, ce qui se passe relativement bien, selon David Laferrière, président du conseil d'administration de RIDEAU. 

«On est plus dans l’incompréhension des gens qui étaient vaccinés pour une deuxième dose, mais que ça ne faisait pas plus de 7 jours qu'ils l'étaient. Ils l’ont appris sur place et il y a quelques remboursements.»

• À lire aussi: Passeport vaccinal: un casse-tête pour les cas d’exception comme Medicago

• À lire aussi: Une manifestation contre le passeport vaccinal au centre-ville de Montréal

M. Laferrière explique que c'est surtout la pénurie de main-d’œuvre qui est difficile. «On constate à quel point on a besoin de gens», note-t-il. 

Il souligne que les salles de spectacles ont toutes leur scénario pour implanter le passeport vaccinal en fonction de la disposition de la salle et l'espace disponible. 

«Les gens arrivent en grand nombre à une heure très précise, donc le défi logistique est là», explique-t-il. «On constate qu’il y a encore beaucoup d’information et de sensibilisation à faire sur les différents enjeux au passeport vaccinal, notamment dans cette période de sursis de 15 jours. Cette période de sursis, elle est pour les amendes. Nous, on est tenus de l’appliquer depuis le premier septembre et les gens sont tenus de présenter leur passeport.»

Cette adaptation peut aussi causer de légers retards. «Il faut le faire en deux temps, le contrôle du passeport vaccinal et le billet, parfois c’est dans un téléphone, mais parfois c'est du papier, tant le billet que le passeport vaccinal», souligne M. Laferrière. «Ça aussi, ça cause des petits défis technologiques. Je me réjouis que les gens aient la possibilité de présenter le code QR une fois imprimé, mais parfois, la qualité d’impression n’est pas bonne, on n’est pas capables de le lire...»

Selon M. Laferrière, le public est compréhensif parce qu’il se sent davantage en sécurité dans les salles de spectacles. «Ce que les gens ont besoin à court terme, c’est plus d'information», dit-il. «Je pense notamment aux clientèles plus âgées qui ont une certaine inquiétude parfois avec les nouvelles technologies.»

Augmentation des capacités demandée    

L'organisation RIDEAU a hâte de pouvoir augmenter la capacité de ses salles de spectacles.

«Ça faisait partie de nos revendications dès les premiers échos de ce passeport-là», dit M. Laferrière. «On espère qu’on aura ces allégements-là, ça fait plus de 18 mois... Dans certains cas, il y a des diffuseurs qui ont été capables de faire des spectacles avec les mesures, d’autres ont carrément fermé pendant de nombreux mois. Pour être capable de reprendre ce lien-là avec la clientèle, de continuer à bâtir des programmations, de la mettre en marché et de fidéliser notre monde, on a hâte à ces allégements-là bien évidemment. On regarde ce qu’il se passe dans les prochaines semaines, on sait que c’est une période critique et on espère que tout va bien aller.»

Pour l'instant, l'organisation continue de rêver à des salles à pleine capacité. «Bien sûr, avec certaines mesures qui vont demeurer, ça on s’y attend encore pour plusieurs mois.»

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.