/news/culture

«Il faut écouter notre musique!»

La musique francophone est en danger sur les ondes des radios commerciales du Québec et Richard Martineau s’en inquiète beaucoup.

«Souvent, quand on parle du déclin du français, on montre les autres du doigt, les anglophones, les allophones, mais il faudrait se regarder dans le miroir», dit-il.

«Nos stations de radio privées francophones, détenues par des francophones, s’adressant à des francophones ne diffusent pas de la musique francophones aux heures de grande écoute et ils mettent ça à 4h du matin», ajoute Richard.

L’Association québécoise de l’industrie du disque, du spectacle et de la vidéo (ADISQ) a analysé, en collaboration avec une firme de recherche la programmation de quatre stations montréalaises.

Les résultats ont démontré, entre autres, que le week-end, alors qu’il n’y a pas d’obligation de musique franco par le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), ces stations ont fait jouer en moyenne 89 % de musique anglophone dans la journée, entre 9 h et 18 h.

«Maintenant tu changes de poste et qu’est-ce que tu entends? Drake, Drake, Drake, Drake. Tu entends tout le temps la même affaire!»

«Il faut écouter notre musique et la faire jouer!», conclut Richard.

Suggestions d’artistes francophones disponibles sur QUB Musique

Chassepareil

Vanille

Étienne Coppée

Philémon Cimon

Maude Audet

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.